Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


lu dans À Gauche

Publié le 14 Décembre 2009, 11:11am

Catégories : #parti de gauche

« Revoilà le cycle de Doha », par Mathieu Agostini,

 

contre_grenelle.jpgQui, si ce n'est la libéralisation des marchés, a bien pu être la cause des crises écologiques et climatiques ? Le transport de marchandise n'est il pas passé de 10 000 à 40 000 kilomètres en moyenne depuis les accords de l'OMC ?

« Conformément à la volonté exprimée par le Directeur général et le Président, une série de mesures seront prises pour faire en sorte que cette réunion soit plus écologique et plus respectueuse de l'environnement. Différents facteurs sont réunis pour mettre fin à l'utilisation massive de papier. En adoptant une approche plus écologique, les Membres de l'OMC feront savoir au monde qu'ils sont conscients de leurs responsabilités environnementales. » (Annexe 5 des documents préparatoires au Sommet interministériel de l'OMC à Genève).

Alors que nous sommes à deux semaines de Copenhague s'ouvre le 30 novembre la 7ème conférence interministérielle de l'OMC à Genève. Quatre ans ! Voilà quatre ans que l'OMC n'avait pas réuni de conférence interministérielle. Officiellement, il s'agit de travailler sur l'état du cycle des négociations de Doha et contribuer à la reprise, à la croissance et au développement. Et voilà que celle-ci se terminera miraculeusement le 2 décembre, cinq jours avant le début des négociations sur le climat.

 Pourquoi alors, personne ne parle-t-il de ce sommet de Genève quand celui-ci s'inscrit dans l'agenda international comme étant une étape du processus de Copenhague et la relance du cycle de Doha ?

Peut être pouvons nous trouver une première réponse à la discrétion de l'OMC dans le fait que les Etats-Unis profiteront largement de ce sommet pour y négocier Copenhague grâce à leur « Groupe des économies majeures sur le climat ». Soit le G8, plus l'Afrique du Sud, le Brésil, la Chine, l'Inde, le Mexique (G5), ainsi que la Corée du Sud, l'Australie et l'Indonésie. Autrement dit ? 80% de la consommation énergétique mondiale réunie, en dehors du cadre de l'ONU, pour discuter du nucléaire, du stockage de carbone, des technologies « propres » et de leur financement.

Doit-on aussi voir un lien avec Copenhague dans le chapitre de l'OMC sur « la réduction ou l'élimination des obstacles tarifaires et non tarifaires visant les biens et les services environnementaux » tels que l'eau, la biodiversité et le brevetage du vivant ? L'OMC et l'ONU n'ont-elles pas signé en juin dernier un rapport commun « Commerce et changement climatique » ? Ce dernier exprime positivement le « soutien mutuel » entre le climat et le commerce. Effectivement, même si la libéralisation des échanges va doper les émissions de gaz à effet de serre par le transport de marchandise, le rapport explique que celui-ci se fait majoritairement en bateau, moyen le moins émetteur de tous. Pour convenir finalement que le marché permettra, de fait, l'optimum écologique par le transfert des technologies propres. La stratégie est claire, après l'énergie, faire passer tous les biens publics mondiaux dans le giron du marché.

Mais qui alors, si ce n'est pas la libéralisation des marchés, a bien pu être la cause des crises écologiques et climatiques ? Le transport de marchandise n'est il pas passé de 10 000 à 40 000 kilomètres en moyenne depuis les accords de l'OMC ?

Car nous le savons tous, c'est bien le capitalisme vert qui est à l'œuvre dans les négociations sur le climat. Le néolibéralisme et le capitalisme financier battent de l'aile violemment. Ils doivent trouver des nouveaux relais de croissance dans ces technologies qu'ils nous vendent comme propres, dans la financiarisation de l'écologie et du climat et dans ces pratiques néocolonialistes que représentent les mécanismes de compensation dans les pays du Sud (du type des MDP et autres REDD).

Pourquoi, alors que le libre échange est responsable en grande partie de l'explosion des émissions de gaz à effet de serre par la délocalisation des activités économiques, le dumping fiscal, social et maintenant environnemental, la mobilisation est elle aussi faible ?

Certainement parce qu'il faut aussi tenir en respect les citoyens et toutes les voix qui commencent à gronder. Il faut détourner notre attention et nous maintenir hors de leur gouvernance. OTAN, FMI, OMC et Banque Mondiale sont les piliers politiques, économiques, commerciaux et monétaires de ce capitalisme destructeur.

Tenir en respect le citoyen, c'est commencer par le mettre en concurrence à l'échelle nationale et internationale. C'est nous expliquer que nous ne valons rien par rapport aux autres ouvriers dans le monde, pendant qu'on maintient artificiellement les travailleurs des pays appauvris dans des conditions abominables. C'est ensuite détruire consciencieusement tous les services publics en les ouvrant aux marchés et en mettant en concurrence nos systèmes sociaux. Au final, c'est pour mieux s'attaquer à l'Etat. Car se sont bien nos systèmes politiques qui sont confrontés les uns aux autres. C'est ainsi expliquer que cet état est impuissant, démobiliser et dépolitiser.

La situation sociale catastrophique en France et partout ailleurs révèle que tous les compromis sociaux obtenus à force de combat tombent les uns après les autres. L'isolement continue quand, dans le même temps, il faudrait lutter, encore, pour exister socialement en achetant la voiture hybride, la dernière télé, ou le dernier cri de téléphonie.

Cet isolement par la mise en concurrence, c'est la déconstruction systématique de toute conscience de classe. Productivisme, libéralisme et consumérisme sont trois bastions du nouvel ordre globalitaire qui pille les ressources naturelles comme il tari nos possibilités d'émancipation. Bastions que nous devons continuer à prendre d'assaut, de front. De front pour empêcher la droite et les écolo-libéraux de faire de l'écologie le nouveau levier de discrimination et de destruction sociale.

C'est à ce prix que nous pourrons construire le rapport de force citoyen, renverser les normes du droit international et ainsi remplacer la concurrence par la coopération internationale, la profitabilité par les critères environnementaux et sociaux.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents