Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


11 ans... Déjà 11 ans.

Publié par Brigitte Blang sur 28 Novembre 2019, 10:11am

Catégories : #parti de gauche

11 ans... Déjà 11 ans.

C’était il y a 11 ans. Déjà.

J’écrivais ces lignes au retour de l’Île Saint Denis. L’émotion est toujours aussi vive que ce jour-là.

Bel anniversaire, mon chouette parti à moi que j’ai. Mon chouette parti aux couleurs de l'espoir et de la Révolution.

On est un bon paquet à t’aimer. Et à te le dire. Même si depuis, pas mal de ceux qui sont cités ici ont fait d’autres choix. Même si…

Belle route à toi. À nous.

Brigitte 

 

 

Que d’émotion !

Ils étaient venus de partout, samedi à l’Île Saint-Denis. En train, en métro, en bus, en voiture, et même à pied ! Venus de loin ou de plus près, mais venus.

Si tu te trouvais à l’entrée, c’était comme pour un concert, les gens arrivent, contents d’être là, on se retrouve, on se reconnaît, tiens toi t’es là aussi, ça faisait longtemps, depuis 2006 au Zénith ! La salle qui nous semblait immense deux heures plus tôt se remplit doucement, ça se colore, ça rougit, vous savez, notre rouge, notre « superbe drapeau rouge », ça chante, la fanfare de klaxons anime le parvis. Le parterre est plein, les gradins quasi. Et là, tu te dis : »C’est gagné ! » Sur l’écran défilent des images, des témoignages, des banderoles. Sur l’écran, aussi, les dirigeants, ceux de là-haut, si haut qu’ils n’entendent rien. Sarkozy, Fillon, TF1, les banquiers, les marchands de canons, ils ont tous droit à leurs sifflets. Eh ! On va se gêner ! Nos drapeaux flottent, nos écharpes dansent, nos poings se lèvent. À la tribune, les camarades. Audrey, Raquel, Pascale, Alexis, et tous les autres vont se succéder dans des interventions brillantes. Mais d’autres aussi, et d’envergure. Le message d’Évo Morales, que lira l’ambassadrice de Bolivie est acclamé par toute une salle soulevée d’émotion. Robert Guédiguian, sans sa caméra, mais avec nous ! Et puis, tous ceux qui ont rejoint le mouvement, pour le soutenir, ou pour en être tout simplement. Pierre Joxe, socialiste de la première heure en 71, à Épinay, Jacques Généreux, Christian Picquet, Martine Billard, les Alternatifs, des représentants de Marie-George Buffet, Clémentine Autain, la place manque pour tous les nommer, mais en un mot, ils étaient là. Sûrement comme nous, « pour ne pas rater ça ».

Parce qu’un meeting de cette classe, on n’en voit pas tous les deux matins. Marc Dolez, parfait comme toujours. Oskar Lafontaine, venu d’Allemagne pour assister à la naissance d’un petit cousin de son parti Die Linke, nous donnera une belle leçon de ténacité et de courage politique, martelant en leitmotiv son refus des « compromis pourris », et nous rappellera que oui décidément, « Das Herz schlägt links ». Jean-Luc Mélenchon, offensif, tracera la feuille de route, déclinant les objectifs, les méthodes, les combats qui nous attendent, à commencer par celui des européennes qui se profilent à l’horizon de 2009. L’accord passé déjà avec nos camarades communistes est salué par une ovation.

Les grands anciens ont fait le déplacement : Jaurès, Louise Michel, Robespierre, eux aussi portent ce nouvel espoir. L’avenir semble soudain s’illuminer, simplement parce que nous sommes là, pour entendre ces mots fondateurs. Demain, le travail commence, les affiches s’impatientent, la colle chauffe déjà dans les bassines, les tracts n’attendent que nous, demain on a du pain sur la planche, camarades, mais aujourd’hui, savourons ensemble ce moment unique d’émotion. Et d’ailleurs certains yeux brillent bizarrement, quand la salle et la tribune lèvent leurs mains unies au son de l’Internationale. Aujourd’hui, la salle est comble. Les radios, les télés se fendront d’un petit 1000 participants ! Ils ont dû apprendre à compter à la même école que les gars qui évaluent les manifs ! Les mêmes prétendront que Dolez et Mélenchon ne sont « que deux »… Eh bien non, finalement, comme quand Brel chantait « Orly » nous étions plus de deux mille, même si on ne voyait « qu’eux deux ». L’avenir de la Gauche est en marche, rechargées les batteries, oubliés les échecs et les tergiversations, relégués les arrangements honteux et les magouilles de fin de congrès. Alors, le soir de la victoire, nous pourrons dire : « J’y étais ! »

 

brigitte blang (le 29 novembre 2008) 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Claus 28/11/2019 17:56

Émouvant.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents