Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


un autre 11 septembre

Publié le 10 Septembre 2013, 23:00pm

Catégories : #histoires et histoire

Et il pleuvait sur Santiago…

http://www.chiliveriteetmemoire.org/IMG/jpg/00_titre.jpgC’était il y a 40 ans. Vous vous souvenez ? Dans le ciel de notre rentrée scolaire éclatait la nouvelle qui nous atterrait : le coup d’état militaire au Chili, un coup d’état qui mettait fin à l’expérience démocratique de Salvador Allende. Retour sur un jour de deuil.

Depuis 1968, depuis notre vieille Europe, nous suivions des yeux cette lointaine Amérique latine, espoir de nos combats de liberté et d’unité. En 1970, enfin, le Chili montrait le chemin. Allende, Neruda, des noms qui parlaient à nos cœurs, nous qui avions raté chez nous le rêve de 68, à Paris comme à Prague. Le rêve d’un socialisme vivable, d’un socialisme vivant. Et voilà que tout là-bas, le possible se levait. Il avait les traits d’un homme doux, et ceux d’un poète. Nous avions fini par y croire, un an plus tôt, en 72, le Programme Commun était signé (tiens, il faudra que je le ressorte, un de ces jours, mon vieux bouquin tant feuilleté… au cas où on manquerait d’idées dans les temps qui viennent), on s’y voyait déjà… « S’il y a une leçon valable pour tous les pays à dégager de l’expérience du Chili, c’est celle qui a conduit à cette conception de l’unité des forces populaires » lisait-on dans « Le Chili de l’Unité populaire » en 1971. Et puis, ce 11 septembre, la nouvelle est tombée. On avait entendu Quilapayun à la fête de l’Huma. Ils n’étaient pas encore repartis. On les a longtemps appelés des graciés. Une blague, bien sûr. Tu parles d’une grâce, voir de l’autre côté de l’océan l’agonie de ton pays… La Moneda prise, c’était un peu comme si notre socialisme idéal s’écroulait. La bourgeoisie et l’armée triomphantes avaient vaincu l’Unité Populaire. La bourgeoisie et l’armée, bien sûr, mais qu’auraient-elles été sans l’aide des États-Unis ?

De ce jour-là, nous avons tous gardé « Le Chili au cœur », de manifestation en pétition, de concert en appels… Tout ce que la vieille Europe comptait de consciences de gauche se rassemblait. Fouillez chez vous, vous les retrouverez, vos vieux vinyles de ce temps-là. Les échos de ce qui se passait là-bas nous faisaient frissonner, mais nous mettaient aussi la rage au cœur : le stade changé en camp, les poètes assassinés ou torturés (les doigts de Victor Jara écrasés…), Neruda mourant à Santiago 13 jours plus tard, son enterrement encadré par l’armée, et la foule chantera sur le passage du cortège, prouvant que la poésie, comme la liberté ne seront jamais muselées, et que oui, définitivement, El pueblo unido jamas sera vencido…

brigitte blang



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M

Je me souviens comme si c'était hier de ce 11 septembre 1973. J'étais permanent syndical, j'avais pris 2 jours de repos dans la famille à Gien. La
radio annonce à mon réveil le putsch au Chili. Je suis reparti à ma permanence, nous avons organisé les manifs de soutien. Quelque temps avant nous avions animé
avec un camarade national (Fredo Krumnoff) une réunion dans une MJC d'Orléans où il avait présenté la situation du Chili. Quelques temps après nous avons accueilli dans un centre au nord
d'Orléans (Chamerolles) des réfugiés et leurs enfants. je n'oublierai jamais tout ce qu'ils nous ont raconté sur ces évènements, le ramassage, le placement dans les stades, la fuite ou la prison
et la mort....
De ce jour j'ai enregistré ce qu'ont fait les nord américains et le capitalisme international des trusts qui déjà affamaient un autre synmbole admirable, le peuple Cubain, et je garde
présent à l'esprit ce qui nous arrivera dès que l'extrême droite accédera au pouvoirdans notre propre pays.
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents