Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


Alexis en Conseil

Publié le 3 Octobre 2009, 23:00pm

Catégories : #histoires et histoire

Ci-dessous, l’intervention de notre camarade Alexis Corbière, lors du Conseil de Paris, soutenant la proposition qu’une rue de Paris puisse se nommer Robespierre. Il semble bien que nos « amis » socialistes aient voté contre à une ou deux exceptions près, de même pour les Verts d’ailleurs. Et comme le conclut Alexis dans son billet d’hier : « Robespierre n’aura toujours pas de rue à Paris. Décevant. »

Robespierre toujours méprisé...

Ce mercredi matin, je suis intervenu à propos d'un vœu déposé pour qu'une rue parisienne porte le nom de Robespierre.

Voici mes propos :

« Mes chers collègues,

À plusieurs reprises, dans le passé, le Groupe auquel j’appartiens a présenté, hélas en vain, des vœux identiques à celui dont nous débattons à nouveau aujourd’hui.

Pour nous, c’est clair : Paris doit s’honorer en rendant hommage à Maximilien Robespierre.

C’est une véritable injustice historique, que celui qui eut un rôle important dans la rédaction de la Déclaration universelle des Droits de l’homme, qui se prononça parmi les premiers pour l’abolition de l’esclavage, pour le droit de vote des comédiens et des juifs, pour la fin des colonies, pour le droit de pétition, qui intervint à l’Assemblée nationale pour l’abolition de la peine de mort… soit effacé des murs de notre Capitale, puisque pour l’instant aucun lieu ne porte son nom.

Et pourtant, cet homme fut un grand Républicain, un grand révolutionnaire, un grand patriote, et je dirais même, à partir de cette vision politique exigeante, il fut un vrai "citoyen d’honneur" de la Ville de Paris ! 

Une certaine histoire officielle, d’abord écrite par les thermidoriens et les « contre-révolutionnaires », le présente depuis plus de deux siècles comme « l’âme de la terreur » ce qui est faux. Cet acharnement à le salir, a sans doute pour but de faire disparaître les promesses d’égalité et de justice de la Grande Révolution de 1789.

Ceux qui montrent Robespierre comme un « tyran » responsable de la brutalité de cette période se trompent et ignorent la réalité des détails de l’histoire de la Révolution. Pour comprendre les actes de tous les acteurs de cette époque, il faut garder en mémoire les grandes difficultés auquel ils devaient faire face, notre pays était secoué par une guerre civile et attaqué par des armées étrangères. Cette complexité ne peut être exposée en 3 minutes.

Un mot toutefois.  Maximilien Robespierre, même de mon point de vue, n'est pas irréprochable (notamment lors du "drame de ventôse" et la mort des dirigeants des Cordeliers), mais s'il fut membre du « Comité de salut public » élu à la Convention, il n’a jamais fait partie du « Tribunal Révolutionnaire ». D’ailleurs, de plus en plus en désaccord avec beaucoup de décisions que prendront ces différentes instances, il ne participera plus aux réunions du « Comité de salut public » à partir du 11 juin 1794. Et c’est d’ailleurs ce Tribunal, qui condamnera Robespierre, et près de 93 de ses partisans, à la mort le 28 juillet 1794. Il faudra attendre le 31 mai 1795 pour que le « Tribunal révolutionnaire » soit supprimé. C’est dire combien il est inepte de faire porter la responsabilité au seul Robespierre la période de « la Terreur ».

Mais aussi, quelle que soit l’opinion des élus siégeant dans le Conseil de Paris sur Robespierre, nul ne peut nier qu’il fait partie de l’Histoire de notre pays. Alors que tant de rues de Paris portent encore les noms d’hommes et de femmes  aux engagements et au parcours politiques très discutables, (quelques exemples pour ne parler que des contemporains de Robespierre, les responsables de Thermidor ont leurs rues : Carnot, Robert Lindet, Cambon, Boissy d'Anglas, Cambacérès, François de Neufchâteau... Coupable de haute trahison le Général de La Fayette a une avenue, politicien vendu à la cour Mirabeau a un pont...), alors ne pas voter ce vœu reviendrait à prendre la responsabilité de déformer la transmission de notre histoire collective.

Paris serait plus grand en n’oubliant plus Robespierre.

Voilà pourquoi nous voterons ce vœu. »

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents