Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


Tout est possible

Publié le 29 Mars 2010, 23:00pm

Catégories : #parti de gauche

 

 François Delapierre répond à Michel Soudais

(entretien paru dans Politis du 25 mars)

136.JPG

Quel bilan (général) tirez-vous des élections régionales 2010 ?

Ce vote efface en quelque sorte politiquement la victoire de Sarkozy en 2007. Trois ans après son large succès à la présidentielle, la droite enregistre une déroute électorale qui est sans précédent depuis 1958. On assiste aussi au retour en force de l’abstention et du vote FN. J’y vois le signe que la société et le pouvoir qui est chargé de la diriger comme de la représenter sont placés sur des trajectoires dont la divergence s’accélère.

Bien sûr institutionnellement, tout pourrait continuer comme avant car l’élection concernait uniquement les assemblées régionales. Mais politiquement, c’est une autre affaire. Le pouvoir a perdu l’assise qui lui a permis jusqu’ici d’appliquer ses orientations sans relâche. L’échec personnel de Sarkozy fait que la clé de voûte de la droite et des institutions est à terre. L’édifice est déjà en train de se défaire. On le voit par exemple sur la taxe carbone. Cela rappelle la vieille formule « en bas on ne veut plus, en haut on ne peut plus ». D’autant qu’en donnant à voir ce décalage, l’élection en est aussi un terrible accélérateur. Le pays est donc entré en état d’urgence politique.

Quelles conséquences aura, à votre avis, ce scrutin sur le paysage politique ?

Personne ne peut le dire. Pour l’heure Sarkozy envoie un double signal. D’abord son remaniement vise à empêcher toute alternative au sein de la droite en appelant les dissidents éventuels au gouvernement. Dès lors le système politique est plus bloqué que jamais : c’est un nouveau facteur de crise. Deuxièmement, il maintient la réforme des retraites. Il veut exploiter la position conciliante du PS sur le sujet et tenter d’effacer à son tour sa défaite électorale par une victoire sociale. Les formes et l’issue de la crise dépendront donc des résultats de la lutte sociale et politique que nous mènerons ces prochains mois. Le PS va-t-il maintenir son offre de pacte avec l’UMP sur les retraites ? Bien qu’en accord sur la réforme, une partie de la droite va-t-elle se désolidariser pour tenter de représenter une alternative à Sarkozy ? La victoire électorale de la gauche va-t-elle rendre possible un nouveau mouvement social ? Qui va gagner cette confrontation ? On voit bien que tout est possible. C’est même la caractéristique de la période ! Nous sommes dans des temps de forte instabilité politique. Regardez déjà l’extraordinaire évolution du paysage électoral en trois ans : le Modem passé de 18% des voix à 4% seulement ! Et un mouvement inverse pour les Verts qui obtenaient moins que le PCF en 2007. Sans oublier que le FN a été relancé par ces régionales. Et que l’ultra-personnalisation du pouvoir caractéristique de la phase actuelle de la Cinquième République aggrave encore ce phénomène d’instabilité. Pour l’heure, nous avons heureusement la main. Mais il ne faut surtout pas déduire de ces régionales qu’un chemin assuré et paisible s’est ouvert sous les pas de la gauche.

C’était la deuxième fois que le Parti de gauche se présentait sous l’étiquette Front de gauche. Souhaitez-vous la pérennité de ce rassemblement et selon quelles modalités ?

Cette élection a installé politiquement le Front de Gauche. Non seulement au premier tour avec la présence de nos listes dans 17 régions et les 7% que nous y avons obtenus. Mais aussi au second tour avec les 19% de la liste Front de Gauche-NPA en Limousin. C‘est tout juste si ce résultat a été signalé lors des soirées électorales dimanche dernier. Il est pourtant extraordinairement révélateur des potentialités de l’autre gauche rassemblée. Nos camarades, conduits par Christian Audouin, gagnent plus de 50% de voix entre les deux tours ! Le PS était convaincu de nous faire reculer dans ce bras de fer qu’il a voulu localement comme nationalement pour relativiser le poids du Front de Gauche et jeter un interdit sur toute alliance avec le NPA (quand bien même dans le Limousin il se soit agi de NPA unitaires). Nous avons fait à l’inverse la démonstration que nous avions des réserves électorales considérables et que le vote pour le Front de Gauche se renforce lorsqu’il s’agit du tour décisif. Donc nous ne sommes pas seulement une nuance de premier tour mais nous pouvons être vécus comme une alternative pour diriger. Voilà ce qu’il nous faut conforter dorénavant. Cela implique que le Front de Gauche trouve un nouveau souffle. Il n’y aurait pas de sens à vouloir seulement faire fructifier notre petit pactole électoral. Nous avons d’autres responsabilités dès lors que nous estimons que le PS et Europe Ecologie ne sont pas à la hauteur de l’état d’urgence du pays. Le Front de Gauche doit se hisser à une nouvelle hauteur afin de devenir un recours pour le pays. Cette conquête du pouvoir se prépare notamment par des candidatures communes à toutes les prochaines élections autour de plate-formes partagées qui en viendront à constituer une alternative globale pour la France.

(photo PRS 57. Fête de l'Huma 2007)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents