Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


pour des canons, à Montmartre

Publié le 18 Mars 2010, 00:00am

Catégories : #histoires et histoire

tardi_cri_du_peuple.jpgUn retour sur « le Cri du Peuple », et aussi une passion ancienne pour une chanson populaire m’ont donné envie de replonger dans cette période essentielle et fondatrice de notre histoire « commune » justement. Est-ce parce qu’elle est si souvent occultée, bâclée par les manuels scolaires ? Est-ce parce que pour de bon, cette fois-là, ça a bien failli marcher et que le peuple a bâti des espoirs et des projets sur le pavé parisien, et que les idées du peuple, il vaut toujours mieux les enterrer ? En tous cas, on connaît peu ces soixante-dix jours qui ont fait souffler l’Esprit sur Paris et sur la légende révolutionnaire. Pourtant, le Temps des Cerises, le Drapeau Rouge, l’Insurgé, le Mur des Fédérés font bien partie de notre mémoire collective. Et quand certains ont cru insulter en disant « Racaille ! », nous avons pensé, instinctivement : « C’est la Canaille ! Alors, j’en suis ! »  Des noms de rues, de lieux, des souvenirs diffus de Louise Michel, de Courbet, de Pottier s’imposent comme autant d’éléments indissociables de ce passé que nous partageons. Nous commençons aujourd’hui un bref retour sur les événements, une espèce de feuilleton, dans le goût de l’époque, pendant une semaine. Il n’y a ici aucune prétention historienne –et pour cause !- , seulement un formidable besoin de partager l’admiration qui m’anime envers ces ouvriers, ces lavandières, ces artisans, ces écrivains, aussi, qui écrivirent parmi les pages les plus tragiques de l’aventure prolétarienne. Et puisque décidément, en France, tout finit par des chansons, nous fredonnerons aussi, ensemble, quelques couplets qui nous parlent.

 

Épisode 1 : Aux origines

Aux origines était la guerre, comme toujours. Celle de 70, cette fois. Le Second Empire, qu’on se plait à décrire comme un temps d’insouciance et de légèreté, n’a pas été tendre aux « petites gens ». La misère et l’oppression sont le lot commun des travailleurs. Le siège de Paris a affamé les quartiers laborieux. La capitulation enrage les gardes nationaux parisiens, comme les restrictions financières (suspension des soldes) qui la suivent. Les Allemands sont dans Paris. On élit l’Assemblée. Une Assemblée « rurale », où dominent les élus monarchistes, favorables à la paix et à la Restauration. Paris est la « ville rouge », celle qui a envoyé trente-six députés républicains, dont Hugo, Garibaldi, Rochefort, et même un ouvrier, Malon. La fêlure se mue en rupture entre Paris et cette Assemblée détestée. Pour ne rien arranger, Thiers devient le chef de l’exécutif. La paix est ratifiée le 1er mars. Une paix giflante: l’Alsace et une partie de la Lorraine sont laissées aux vainqueurs, des indemnités outrancières leur sont dues. Et pour couronner le tout, l’Assemblée s’installe à Versailles, ville symbole s’il en est. La Garde Nationale (presque 200 000 hommes en armes) a gardé ses canons. Canons qui vont déclencher l’insurrection. La Garde se fédère, avec un seul objectif : défendre la République. « La République est le seul gouvernement possible… La République française d’abord, puis la République universelle… Plus de dictature, d’esclavage d’aucune sorte, mais la Nation souveraine, et des citoyens libres se gouvernant à leur gré… »
Pour les Parisiens, la République se place au-dessus du suffrage universel. (À méditer…)La Première Internationale (Association Internationale des travailleurs) se joint à la fédération. Tout est prêt. Et c’est le 18 mars.

Épisode 2 :

tardi-canons.gifLe 18 mars, Thiers décide de reprendre les canons que les Gardes nationaux avaient transférés à Montmartre, au Champ des Polonais, mais aussi à la Villette, aux Buttes-Chaumont. La descente, par les rues en pente, se révèle plus difficile que prévu. La population s’attroupe sur les places de la butte qui sera reprise dans la matinée. Le gouvernement fuit à Versailles. La troupe fraternise avec le peuple. Ses généraux (Lecomte et Thomas) sont faits prisonniers. Ils seront fusillés dans la journée. L’insurrection est déclenchée.

Les barricades ferment les rues dans tout Paris. Le Comité central de la Garde nationale s’installe à l’Hôtel de Ville. Il devient le « gouvernement de la République ».

Paris se réveille au matin du 19, les murs couverts d’affiches contradictoires. Thiers voudrait bien remettre la main sur une situation qui lui échappe. Le Comité central est accusé de crimes odieux. Il doit s’en disculper au plus vite. Dans le même temps, le Journal Officiel publie des décisions importantes: l’état de siège est levé, on libère les détenus politiques, on occupe les forts au sud de la capitale, l’armée permanente est suspendue et Paris se donne une milice qui « défendra les citoyens contre le pouvoir ». Il va falloir à présent légitimer cette situation inattendue. Le Comité décide d’organiser des élections municipales dans la semaine qui suit. Ce sera le 26. « Le droit de la cité est aussi imprescriptible que celui de la Nation. La cité doit avoir, comme la nation, une assemblée qui se nomme assemblée municipale, ou communale, ou commune. » La campagne électorale va être courte et s’articuler autour d’un thème : la naissance d’un Paris libre, celui des travailleurs, en un mot, la Commune. Qui sera proclamée magnifiquement le 28.

brigitte blang pg 57

 

Commenter cet article

David 19/03/2010 09:17


Merci Brigitte pour cette piqure de rappel sur cette magnifique collaboration Vautrin-Tardi. Une très belle quadrilogie.


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents