Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


lu dans À Gauche

Publié le 16 Mars 2013, 00:00am

Catégories : #billets d'humeur

16 mars : début des Raffuts de Sainte Polycarpe.

 

expulsion-facade.jpgAu commencement était Georges Cochon, un ouvrier tapissier. Doublé d’un anarchiste, objecteur de conscience et fondateur d’un phalanstère !

Secrétaire général du Syndicat des Locataires ouvriers, il doit affronter les propriétaires, plus prompts à expulser qu’à améliorer le cadre de vie de leurs obligés.

Victime lui-même en 1911 d’une « reconduite », à laquelle il s’oppose en se barricadant dans son logement, il mène dès lors toute une série d’actions destinées à venir en aide aux pauvres, menacés d’être jetés à la rue pour cause de retard dans le paiement de leur loyer. La première étant de retirer du logement tous les biens et le mobilier, pour empêcher leur confiscation par le propriétaire des lieux. Au son harmonieux d’une énorme cloche de bois, qui a donné son nom à ce genre de déménagement pas très orthodoxe !

Prenant exemple sur les femmes qui, au cours de la Révolution française, tapaient sur des casseroles pour appeler à la révolte, il monte une fanfare, assemblage hétéroclite d’instruments de fortune. Dès qu’une expulsion était connue, la fanfare, le « Raffut », se met en route vers la maison visée. La foule, le bruit, la publicité faite autour du renvoi de la famille ciblée dissuadaient les huissiers de terminer le travail.

L’action ne se limitait pas à ces coups d’éclat. Dans le même temps, une équipe d’ouvriers bâtissait des maisons dans des lieux aussi insolites que la cour de l’Assemblée nationale, l’église de la Madeleine, ou les Tuileries. Où l’on vit des villages entiers, préfabriqués, abriter jusqu’à cinquante familles. Tandis que d’autres investissaient des logements vides, parfois même avec la complicité de citoyens nantis, comme un certain La Rochefoucault qui ouvrit son hôtel particulier aux moins heureux que lui. Des ancêtres de Jeudi Noir, en quelque sorte… 

Aujourd’hui encore, la trêve hivernale se termine le 16 mars. Un jour à marquer d’une pierre noire. Et pourquoi pas, l’occasion de réamorcer les Raffuts, à la Saint Polycarpe, une façon comme une autre de lutter, de résister, de contester. Et pourquoi pas... 

 

brigitte blang

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents