Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


Les gros yeux, et puis aussi les gros bras…

Publié le 22 Avril 2010, 23:00pm

Catégories : #billets d'humeur

sarko-judge-sarkozy.jpg Ouh la ! Ça fait peur ! Notre présidentuscule a décidé de tout remettre à plat et tout bien sur les bons rails aussi. Tout. Tout, ça veut dire les malfrats dans les cités, les gamins qui s’ennuient tant et tant à l’école, les filles qui s’emballent dans des draps obscurs… Tout vous dis-je. Si vous cherchez bien, vous allez fatalement tomber dans une catégorie à risques, le réseau est tellement serré qu’on ne pourra plus passer à travers les mailles.

 On a bien raison, ce n’est pas franchement formidable de vendre de la drogue aux petits loulous dans les cages d’escalier. Rien à dire. Tout pareil pour les gamins qui sèchent les cours de Maths et aussi de sciences, puisqu’on en parle. Quant aux filles qui se planquent dans des voiles, rien de terriblement progressiste là non plus. D’autant que vous, je n’en sais rien, mais pour ma modeste part, j’ai toujours pensé que c’était d’abord faire injure aux hommes, cette affaire-là. Parce que oui, au fond, il s’agit de quoi, en réalité ? Si j’ai tout bien compris ce qui m’a été expliqué par un convaincu, il s’agirait ni plus ni moins que d’échapper au regard concupiscent des mâles. Lesquels, c’est bien connu, sont tous d’odieux satyres qui ne vivent que pour lorgner les minettes dans les rues. Et que donc, il faut se cacher soigneusement de cette sale engeance. CQFD ! Ceci posé, vous imaginez bien qu’on ne va pas, ici, défendre un enfermement, serait-il librement consenti. Mais de là à légiférer… Il y a un gouffre que nous ne franchirons pas. Malgré notre laïcité chevillée à l’âme. On nous dit quoi exactement avec ce projet ? Les femmes voilées sont passibles d’amende, pour atteinte à leur dignité… Qui donc va décider qu’un vêtement est digne et qu’un autre ne l’est pas ? Et cette loi, ne va-t-elle pas au bout du compte réussit à enfermer encore davantage ? Ces filles, elles ne sortiront plus du tout de chez elles. Plus d’agression visuelle pour les bien-pensants. Plus de scandale public. Tout ira bien jusqu’au jour où on s’attaquera aux minijupes et aux décolletés… Et pourquoi pas ? Vous avez bien dit dignité, non ? Mais c’est vrai que dans ce cas-là, ce n’est pas à la même population que s’adressera la loi… La burqa, qui se nomme en vrai le niqab, d’ailleurs, elle concerne à la louche 1000 personnes. Tout un arsenal législatif pour 1000 filles qui n’ont pas compris grand-chose aux luttes des femmes et aux avancées gagnées à la force de nos convictions. Et si on s’économisait tout ça pour éduquer, d’abord, et avant tout ?

Après ça, pour faire bonne mesure, on va couper les allocs à des familles dans la misère. C’est rédhibitoire, mon gars. Tu ne vas pas à l’école, plus de sous pour ta maman. Parce que ça aussi, on le sait bien, ce sont toujours les enfants d’ingénieurs et de dentistes qui font l’école buissonnière… Si je vous le dis ! Ça va bien les aider, les parents, à remettre les petits au carré, cette affaire-là ! L’école, c’est un autre monde pour certaines familles. On n’y entre que contraint et forcé, et encore. Pas toujours. C’est rempli de savoir, de profs, de règlements, et ça c’est très compliqué à comprendre, lorsque soi-même on a eu bien du mal déjà… Double peine. On va frapper les familles là où ça fera le plus mal : au portefeuille. Qu’est-ce qu’ils croient, ces beaux messieurs ? Que les allocs, les parents les offrent à leurs gamins, en récompense d’exister ? Mais non, bandes de gros malins, les allocs, ça sert à payer les courses au supermarché. Ben voyons ! Faut atterrir dans le réel, les gars.

Ah, il y aussi la chasse aux bandits. Dont nous parlions ici même il y a peu. Qu’on leur a collé au train un cow-boy de première bourre. Plus un joint dans les cités, plus un rodéo nocturne, plus un conducteur sans permis, plus un mac en Seine-Saint-Denis, plus un seul bus caillassé. Bravo le projet. On ne peut qu’adhérer, si on est honnête. Sauf que quand même, il y a bien un petit détail qui cloche dans tout ça. Rappelez-moi qui est aux affaires policières depuis tantôt 8 ans ? Ah bon ? Vous en êtes bien sûrs ? Ça j’ai du mal à le croire. Comment dites-vous ? Il disait déjà la même chose en 2004, puis en 2006, puis encore en 2008. Pas possible ? Et alors, ça n’a pas marché ? Donc, si on résume, on ne change pas une méthode qui a fait ses preuves dans l’inefficacité absolue. On prend les mêmes spécialistes. Et on repart pour un tour, en roulant les mêmes mécaniques, sur le même ton, à la recherche du même électorat qui a préféré l’original à la pâle copie. On va voir ce qu’on va voir ! Dans les stades tout pareil. Non, je n’ai pas dit après le match, dans les 3ème mi-temps façon repos du guerrier… Juste dans les tribunes. Le chef, il a dit comme ça, en faisant sa fameuse grimace, que ceux qui attendent une réaction de sa part ne seront pas déçus ! Aux abris ! On ne rigole plus du tout, là. Et ça n’a pas traîné, vous avez vu ? Comme aux plus beaux jours de certain comice agricole, il a croisé un type ce midi, un de ceux qui ne sont pas franchement de son bord, on en laisse quelques-uns maintenant, ça se voyait trop avant, que ce n’était que des encartés les spectateurs ! lequel jeune homme n’a pas été ravi de se faire serrer la louche par Sa Suffisance. Et l’a fait savoir. Fais pas le malin, lui fut-il rétorqué… Avec le regard lourd de menaces. Faut prévenir Hervé Éon, très vite, qu’il ne se laisse pas aller à des fantaisies verbales ! Va savoir, si cette fois, on allait l’accuser de plagiat…

(brigitte blang PG 57)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents