Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


impôts, emplois, vertitude et ruban rouge

Publié le 28 Juillet 2012, 23:00pm

Catégories : #parti de gauche

Ce ne sont pas les médias qui vont nous tenir informés !


Nous avons eu le droit à Roland Garros qui permettait de parler tennis au lieu campagne législatives. En juillet, c'était le tour de France. Maintenant ce sont les jeux Olympiques. C'est parfait pour occuper les écrans et éviter de trop charger les journaux télévisés avec de l'actualité politique ! C'est vrai, pourquoi inquiéter les Français avec la poursuite de la crise en Europe alors qu'ils ont déjà dû subir la météo pourrie de ce printemps et été 2012.

  

Évasion fiscale martine

Les actifs financiers dissimulés dans des paradis fiscaux par des particuliers atteignent entre 17.000 et 25.500 milliards d'euros selon une étude publiée dimanche soit dix fois le PIB annuel de la France. Selon le dernier classement Forbes, le nombre de milliardaires a atteint 1 210 en 2011, un record absolu avec une fortune cumulée de 4 500 milliards de dollars, plus que le PIB de l'Allemagne. Rien que pour la France, l'évasion représenterait près de 600 milliards soit 10% du patrimoine ou 1/6ème du budget dont près de la moitié possédée par des particuliers et le reste par les entreprises. Cela ferait perdre autour de 35 milliards par an aux finances publiques. En France, moins de 5 % des entreprises de plus de 2.000 salariés acquittent un prélèvement au titre de l'Impôt sur les Sociétés grâce aux divers dispositifs permettant « d'optimiser » l'impôt comme c'est toujours joliment dit. Une des plus connues pour ne pas payer est Total mais Unilever et bien d'autres sociétés ont aussi tout organisé pour en payer le moins possible en pratiquant ce qu'on appelle la délocalisation fiscale : pas de siège social en France et tous les établissements sont considérés comme ne produisant aucun bénéfice. Cela ne les empêche pas de crier à l'étranglement à la moindre modification visant à plus de justice fiscale. Et pendant ce temps, les pays s'enfoncent les uns après les autres dans la crise: Grèce puis maintenant Espagne avec les mêmes recettes d'austérité pour le peuple qui ont les mêmes résultats : récession, chômage de masse, exode de la jeunesse vers d'autres pays. Mais dites-moi : ils ne nous avaient pas dit qu'ils avaient sauvé l'Europe ? une nouvelle fois !

Ces chiffres devraient entraîner une seule réaction : une lutte plus résolue contre les paradis fiscaux et une fiscalité plus juste. Ils ne font pourtant pas douter François Hollande et le PS quant à la poursuite des politiques imposées par la troïka européenne. Oubliée sa promesse de renégociation du traité, il aura suffit d'un ajout en annexe pour la croissance, pour que ses vagues velléités de tenir tête à Angela Merkel soient remballées.


Qu'attend le gouvernement ?

Fermetures d'entreprises et plans de licenciements avaient été très présents pendant toute la séquence électorale obligeant François Hollande à finir par prendre quelques engagements pour la sauvegarde de l'emploi et contre la désindustrialisation de la France et à créer un ministère pour le redressement productif. Mais pour le moment on a surtout assisté à beaucoup de gesticulations d'Arnaud Montebourg mais à peu de décisions concrètes. Les travailleurs de PSA en savent quelque chose. Toujours pas de loi contre les licenciements dans les entreprises distribuant des bénéfices.

Aussi les députés du groupe GDR (Front de Gauche et « progressistes » ultramarins) ont déposé une proposition de loi visant à interdire à une entreprise ayant distribué des dividendes dans au moins une des deux dernières années de procéder à des licenciements économiques. C'est le même texte que les sénateurs socialistes avaient voté mais qui avait été rejeté par 4 voix de différence au Sénat.

Qu'attend le gouvernement ? Pendant ce temps, les patrons ont les mains libres et se dépêchent car ils savent bien que la loi ne pourra pas s'opposer aux procédures engagées car une loi ne peut jamais avoir d'effets rétroactifs.

Pour l'environnement cela a mal démarré

Renvoi de Nicole Bricq du ministère de l'environnement pour avoir osé émettre l'idée de revoir les permis d'exploiter les hydrocarbures au large de la Guyane, déclaration de Montebourg demandant un réexamen de l'interdiction d'extraction des gaz et huiles de schiste, rejet de la proposition européenne d'arrêt de la pêche au filet en eaux profondes qui raclent les sols et détruit la biodiversité marine, attitude plus qu’ambiguë quant au respect des engagements de non expulsion à Notre Dame des Landes etc.

mais Europe Écologie apprend vite à gérer

La quasi totalité des députés d'EÉLV au Parlement européen ne se sont pas opposés aux conclusions du dernier sommet de Bruxelles réaffirmant le traité Sarkozy-Merkel agrémenté d'un zeste de croissance. Bizarre, des écologistes votant pour la croissance !

Mais c'est vrai que EÉLV a de plus en plus tendance à se couler dans le moule du pouvoir. Ainsi il avait fallu attendre un an pour que Dominique Voynet, ministre de Lionel Jospin, glisse discrètement quelques noms de militants Verts pour recevoir la Légion d'honneur. Cette fois-ci, leur ministre et secrétaire nationale jusqu'à récemment, Cécile Duflot, n'a pas cette pudeur. Elle aura presque été plus rapide pour décorer ses copines et copains (4 élus EÉLV d'un coup) que pour faire paraître le décret sur le blocage du prix des loyers. Remarquez que décorer de la Légion d'honneur ne présente quasiment pas de coût pour les finances publiques, pourquoi se gêner donc ! À défaut d'autres maroquins ministériels ou de postes bien rémunérés dans les institutions, un petit ruban rouge à la boutonnière cela vous pose votre écolo ! Et puis il fallait bien faire un geste pour le maire d'Arcueil passé du PCF à Europe Écologie. Faire de la politique autrement, c'était il y a quelques années la devise des Verts. Qui s'en souvient ? Cela me fait mal de voir que des résistants ne l'ont toujours pas reçue alors qu'elle est donnée à n'importe qui, pour n'importe quoi.


Tout cela nous donne nos tâches de la rentrée : exiger le vote de cette loi contre les licenciements boursiers et faire campagne contre la ratification du traité européen.

En attendant, bonnes vacances à toutes celles et ceux qui en prennent.

Martine Billard

(photo rémy stalingrad juin 2011)

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents