Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


de la part d'un copain

Publié le 4 Septembre 2011, 23:00pm

Catégories : #front de gauche

Que le peuple s’éveille !

 

calabuig-2.jpgNous vivons une rentrée sociale bien singulière, le débat sur la crise de la dette publique et le train de mesures d’austérité envisagé par le gouvernement devrait conduire la gauche, le mouvement social dans son ensemble à proposer une vaste mobilisation populaire sans attendre l’arme au pied l’élection présidentielle. La situation exigerait aussi que toute la gauche soit en mesure de porter des solutions de haut niveau en ruptures nettes avec les logiques actuelles. Or, au PS les prétendants à la candidature présidentielle s’affrontent dans une primaire dont le seul enjeu est de savoir qui sera le meilleur élève, le plus crédible pour regagner la confiance des marchés financiers afin de satisfaire la voracité de leurs appétits. On ne trouvera pas plus de clarté à Europe Écologie, la critique radicale du libéralisme, les effets destructeurs de son mode de production ne sont pas pour l’instant des éléments du débat.

Seul le Front de gauche s’engage à sortir des impasses actuelles en mettant au centre les réponses aux besoins humains.

Soyons cependant pleinement conscients qu’il ne suffira pas - et c’est encore plus vrai aujourd’hui que cela ne l’était hier - de quelques aménagements à la marge pour sortir des griffes d’un capitalisme financier de plus en plus prédateur. En sortir, tracer des lignes de ruptures suppose de mettre au centre du débat la remise en cause de toutes les lois régressives qui ont été votées ces dernières années. Taxer les capitaux pour réorienter le produit du travail vers plus de justice sociale, comme le propose le Front de gauche est une impérieuse nécessité, l’est tout autant la question déterminante de l’appropriation sociale sans laquelle il n’y a pas d’extension possible des services publics.

Enfin nous savons que les programmes, même les meilleurs, peuvent rester lettres mortes en l’absence d’une dynamique populaire. La France a connu des victoires électorales qui conjuguées à la mobilisation citoyenne ont bouleversé le paysage, 1936 en fut, et aussi des changements de majorité qui ont déçu.

Le capitalisme ne tire sa puissance que du sommeil du peuple.

À l’inverse pour citer Robespierre : « Lorsque le peuple s’éveille et déploie sa force et sa majesté, tout plie devant lui. »

Là est la seule et bonne clé.

Bernard Calabuig

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents