Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


Anticipation…

Publié le 17 Juillet 2010, 23:01pm

Catégories : #billets d'humeur

franchise-cabu.jpg Tout le monde n’a pas la chance de Bernard Giraudeau, qui lève l’ancre à 63 balais. Certains se cramponnent, au grand dam des conseillers du président. Dans notre pays, il y a des vieux, et même parfois, de très très vieux. Je vous promets que si, même qu’Alain Minc nous en a parlé il y a peu sur une antenne nationale, Radio France pour ne pas les nommer (je sais, ça va devenir de plus en plus difficile de les nommer, si ça continue…). En gros et en peu de mots, voilà comment ce jeune homme (tiens, faudra qu’on se renseigne sur son âge, à ce garçon) envisage de régler le déficit de la Sécu. Il nous raconte une histoire qui le touche de près, puisque c’est son papa qui est en cause. Son vieux papa, à Alain Minc. Son très vieux papa, 102 ans aux jonquilles. Lequel papa est tombé malade. 15 jours d’hosto. Facture : 100 000 €. C’est là que l’amour filial fait des miracles. Le fiston, il trouve que ça fait beaucoup de sous dépensés juste pour donner à son vieux papa quelques mois de rab. Et il le dit, figurez-vous ! Il dit qu’il trouve aberrant que l’État lui ait fait ce cadeau luxueux. À l’œil, ajoute-t-il, sans rire. Sa solution ? Récupérer les dépenses médicales des très vieux en les taxant, ou en taxant leurs enfants. Monsieur Minc, ami du président, et conseiller du même, s’autoproclame « progressiste », mais si ! À l’heure où les Etats-Unis, face à l’injustice flagrante qui excluait de soins toute une frange de leur population, se donnent un système assis sur l’esprit de partage, monsieur Minc, ami du président, et conseiller etc. veut briser d’un seul coup d’un seul ce mot qui nous unit, ce mot qui a fait de notre pays un modèle pour tant d’autres, le mot Solidarité. Mis à part le fait alarmant que monsieur Minc, ami etc. etc., dans sa société idéale, organise des discriminations, ici sur la fortune, demain sur l’âge, après-demain sur la couleur ou la religion, va savoir, et que ces discriminations sont très largement hors jeu, suivant nos lois, nous pouvons nous demander ce qu’il compte faire des fumeurs atteints d’un cancer, ou des alcooliques mourant de cirrhose, ou des fanas de vitesse tétraplégiques, tous coûtant bien cher à la collectivité, d’après ses calculs ? On craint sa réponse, non ? Et encore, je ne vous parle même pas des gars malades du SIDA, même que c’est de leur faute, z’avaient qu’à pas, après tout. Et pour les présidents qui font des malaises pour rester jolis à regarder, il a prévu quoi, monsieur Minc, ami de qui vous savez ? Et pour les trop pauvres ? Autre temps, autres mœurs, il y aurait bien la technique du cocotier… Mais ça, c’est une autre histoire. 

brigitte blang

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents