Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


anniversaire

Publié le 29 Novembre 2011, 00:00am

Catégories : #histoires et histoire

 

Jaurès entre au Panthéonjaures_tombeau.jpg


 

Suite à une décision du Cartel des gauches, alliance électorale entre les radicaux et les socialistes qui remporte les élections de mai 1924, les cendres de Jean Jaurès sont transférées au Panthéon. Après l’acquittement de Raoul Villain, assassin de Jaurès, le 29 mars 1919, l’évènement se présente comme une réhabilitation du grand dirigeant socialiste. Les passions de la guerre s’étant dissipées, et l’euphorie de la victoire laissant place à la prise de conscience des coûts humains et matériels du conflit, la ligne pacifiste défendue par Jaurès cesse d’apparaître comme une trahison pour se révéler être une bonne intuition politique.

Le 22 novembre, le corps de Jaurès est exhumé à Carmaux, devant une foule de 10 000 personnes, et transporté jusqu’à la gare dans un corbillard rouge, entre deux rangs de mineurs. Arrivé à Paris, le cercueil est emmené au Palais Bourbon, pour une veillée mortuaire. Le 29, le cercueil est conduit au Panthéon, toujours escorté par des mineurs de Carmaux. Il est suivi par une procession de 100 000 personnes, qui défilent aux cris de « Vive Jaurès ! » et « À bas la guerre ! ». Les militants communistes, eux, ne participent pas au rassemblement : ils organisent une contre-manifestation, qui rassemble également 100 000 personnes. Loin de rejeter l’hommage à Jaurès, ils dénoncent sa récupération par les socialistes, dont la majorité avait apporté son soutien à la guerre.

L’extrême-droite, de son côté, se mobilise contre l’entrée de Jaurès au Panthéon. Des articles incendiaires paraissent dans L’action française, qui qualifient Jaurès de traître, tandis qu’est organisée une manifestation de protestation au cimetière de Vaugirard. Celle-ci peine toutefois à rassembler, montrant l’estime générale dont Jaurès fait l’objet. Son entrée au Panthéon confirme cette estime, en faisant de Jaurès une figure consacrée, inattaquable. Depuis, Jaurès est victime des récupérations les plus abominables, jusqu’au Front National qui l’invoque lors de certaines de ses campagnes. Face à ces manipulations, les militants de gauche ont le devoir de rappeler le travail de mémoire qui fut nécessaire pour imposer Jaurès comme l’une des figures emblématiques de la République française.

Source : http://www.lepartidegauche.fr/education-populaires/copie-de-une-date/4541-29-novembre-1924 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents