Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


À Dominique Grange, l’indispensable…

Publié le 10 Mai 2012, 23:12pm

Catégories : #à gauche - toutes !

C’était il y a une semaine. Place Stalingrad, chantait une grande dame. Et puisque j’ai eu le bonheur de lui dire mon admiration, alors, en cadeau et en forme de merci pour toutes les lumières allumées dans les consciences par ses mots et ses notes, reprenons ici la série que nous avions donnée en 2008, autour de son album hommage aux «  événements » comme on les nomme encore, et que nous aurions tant voulu appeler Révolution…

Les illustrations sont bien sûr de Tardi, ben voyons !


Paris.jpg

 

 

Paris, ce printemps-là… 

 

Paroles : Allain Leprest
Musique : Dominique Grange 

 

Rue des squares de Paris                          Rue du marché aux pleurs
Des jardins et des parcs                           Des vendeuses de larmes
Où la statue sourit                                   De l’attrape-gendarmes
Au matelot sans barque                            Du « Vivent les voleurs ! »
Sans galon sur l’épaule                             La plage sur les pavés
Ni médaille à la veste                               Don Quichotte pieds dans l’eau
Le front à la renverse                               Gardant les bungalows
Sous le vitrail des saules                           des nageurs sans papiers
 
Route des ponts sublimes                         Rue du feu aux fontaines
Sentier des suicidés                                 Potence et corde à nœuds
Des limonaires et des                               Paris pendu qui ne
Morts d’amour anonymes                         Parie plus sur lui-même
Paris ce printemps-là…                             Paris pourri de flemme
Paris tu te rappelles                                 L’air d’un faux boute-en-train
Courir à la Chapelle                                 Qui confond ses refrains
Acheter du lilas                                       Avec son requiem

 Rue du feu aux fontaines                          (Chorus)
Potence et corde à nœuds                                       
Paris pendu qui ne                                  Paris ce printemps-là…
Parie plus sur lui-même                           Paris tu te rappelles
Honteux de sa bohème                            Courir à la Chapelle
Qui ne goualante plus                               Acheter du lilas
Comme si trop repu                                ... Paris, ce printemps-là…
De ses propres poèmes                           

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents