Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


un bien beau samedi

Publié par prs 57 sur 4 Février 2008, 00:00am

Catégories : #référendum

La halle Carpentier, comme si vous y étiez.

Il sera dit, une bonne fois pour toutes, que si je monte dans un  train, il s’y passe des trucs… Vendredi, c’était pour aller à Paris, écouter, applaudir, soutenir, tous ceux qui s’apprêtent, lundi, à résister à Sarkozy et à ses tout nouveaux amis. Y compris ceux du PS qui l’aident bien, sur ce coup-là, au cas où les escouades de droite n’auraient pas suffi, il fallait bien que le gros des troupes de notre si beau parti s’en mêlent, et lui donnent un coup de main. Ceux-là, mes camarades, il nous appartiendra désormais de ne pas les oublier, de leur garder, comme on disait chez moi « un chien de nos chiennes », et surtout, surtout, de le leur faire savoir. Par chez vous, je n’en sais rien, mais par ici, pas un de mes camarades du PS n’a répondu à mon courrier. Tu m’en diras des nouvelles, de militer avec des gars comme ça depuis tantôt trente cinq ans…

 Bon, si on parlait un peu de ceux qui étaient là ? Parce que cette fois encore, il y avait du beau linge, dans ce gymnase, vous pouvez me croire. Comme disait l’autre : Ils sont venus, ils sont tous là. Quilès, Filoche, Dolez, Coquerel, Bavay, plein plein d’autres, que des pointures, une belle délégation de représentants de la gauche européenne, Irlandais, Suédois, Allemands, Hollandais, et aussi Besancenot, et encore Buffet, puis Autain, même Chevènement cravaté de rouge, et bien sûr, le nôtre de Mélenchon, comme toujours tribun inégalable et d’ailleurs inégalé, les gars ne lui disputent pas la place, ce serait perdu d’avance ! Tous, tous en ont appelé à la conscience républicaine, au sursaut démocratique de nos parlementaires socialistes, demain à Versailles. Seront-ils entendus ? En tous cas, nous y étions, et c’était bien beau à voir cette salle comble tous ensemble, tous ensemble, tous ces stands colorés, tous ces gens qui y croyaient… Tous ceux-là qui seront à Versailles demain, pour rappeler à ceux qui auront le droit de voter qu’ils ont ce droit grâce à eux, les électeurs… parce que s’ils avaient dû attendre Sarkozy pour leur offrir un siège au Congrès, ils pouvaient rester à la porte, comme le bon peuple. Le cœur nous manque à penser que ce sont nos représentants qui vont signer cette forfaiture, ce « déni de démocratie », oui le cœur nous manque. Comme il nous manquait au retour à la lecture des titres des journaux. Rien d’autre que l’événement du siècle : la noce présidentielle… Il est des mariages discrets qui font beaucoup de bruit. Et qui finissent par occulter l’essentiel. Ça vous rend malade ? Moi aussi. Faisant fi des résultats du vote de demain, nous vous donnerons lecture ici des interventions des uns et des autres. Et les photos qui vont avec, tant qu’à faire !

Avec tout ça, mon histoire de train, je l’ai oubliée. À Metz, je profite de la correspondance pour descendre vite fait acheter l’Huma. Vite fait ? T’as qu’à croire ! Le hall de la gare, noir de monde, noir d’uniformes, surtout. Jamais vu autant de flics en si peu d’espace. Même pas en 68, promis ! Pas moyen de passer, ni dans un sens, ni dans l’autre. Tu aurais cru à un accident, une alerte à la bombe, une catastrophe quelconque. Penses-tu, il y avait du flash qui crépitait de partout. Tiens que j’en conclus, y aurait donc du pipeule ! Tout juste. Madame Chirac soi-même en personne, toute en cheveux et en tirelires. C’était ça le truc : l’opération pièces jaunes ! Je vous prie de croire que ça déplace les foules, la grande quête pour plus malheureux que soi. Quant à laisser entendre, ne serait-ce qu’un petit peu, que là, quand même, on pousse un peu, ça n’est jamais que l’épouse d’un ANCIEN président… Ouh lala, c’est très très mal vu. Ça ne se fait pas, même d’avoir l’idée que pour finir c’est toujours dans la poche des mêmes qu’on plonge la main, et que Monsieur Société Générale, si on lui demandait juste un dixième de son pécule…  Mauvais esprit, vous entends-je bougonner dans le silence de vos bécanes ! Oui, et même que je le revendique, na ! Et mon train, dans tout ça, vous demandez-vous ? Justement, 45 minutes de retard, on a pris, avec Miss Pièces jaunes et le sien de train, qu’il était évidemment prioritaire. Quand je vous disais, que je porte la poisse aux chemins de fer !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents