Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


c'est parti et bien parti...

Publié par prs 57 sur 28 Novembre 2007, 12:34pm

Catégories : #référendum


Le lancement jeudi dernier du Comité national pour un référendum est la bonne nouvelle de cette fin d’année. Et si nous y travaillons bien, il sera peut-être l’excellente nouvelle de l’année prochaine. Car tous ceux qui exigent la tenue d’un référendum sur le nouveau traité européen, par delà leur appréciation sur ce texte, disposent désormais d’un moyen de se faire entendre sans disperser leurs forces dans une poussière d’initiatives. Moins d’une semaine après que l’appel du CNR ait été rendu public, il affiche déjà plus de 30000 signataires parmi lesquels plusieurs dizaines de parlementaires issus de tous les partis de gauche représentés au Parlement : PCF, PRG, PS, Verts.

 

Du côté des socialistes, trente parlementaires ont signé l’appel du CNR, ce qui marque un net élargissement de l’engagement pour un référendum. Car outre Jean-Luc Mélenchon (que l’on disait isolé sur cette question il y a quelques semaines encore…) et Marc Dolez, on retrouve les signatures de Serge Janquin, premier secrétaire de la fédération du Pas-de-Calais et membre de la majorité au dernier Congrès socialiste, le député Christian Bataille qui était pour le oui en 2005, le député européen Benoît Hamon, qui vient de démissionner du secrétariat national à l’Europe du PS. Et l’on voit se constituer de vraies poches dans des départements qui constituent des bastions historiques du PS, souvent largement acquis au « non » en 2005 : à cette heure trois députés PS signataires dans le Puy-de-Dôme, deux en Seine-Maritime, cinq dans le Nord-Pas-de-Calais.

Côté communiste, la signature hautement significative de Marie-George Buffet a immédiatement précédé la tenue d’un meeting pour le référendum mardi à Paris, au gymnase Japy, à l’occasion duquel est intervenu Jean-Luc Mélenchon. En conclusion, l’appel de la secrétaire nationale du PCF à la mobilisation autour du CNR annonce une implication décisive des communistes dans cette campagne. Côté Verts, les premiers signataires (Jean Desessard et Francine Bavay) ont eu la satisfaction de voir leur parti se prononcer le week-end dernier pour la voie référendaire. La LCR est intervenue de son côté lors du Congrès du Parti de la Gauche européenne samedi dernier pour présenter aux délégués venus de toute l’Europe l’initiative du CNR. Quant à Attac ou aux principales personnalités du collectif national du 29 mai, elles apportent aussi leur expérience et leur engagement au CNR.

Dès lors nous pouvons -et nous devons- nous fixer l’objectif que cette campagne déborde des trop maigres tuyaux d’Internet pour se mener désormais au grand air des rues. Il faut résister à la facilité à laquelle incline les pétitions « en ligne » dont le compteur semble tourner tout seul. Pour que l’exigence du référendum devienne une grande cause victorieuse, il faut qu’elle fasse cause commune avec le peuple. Il est donc indispensable d’aller à la rencontre des citoyens. Il est nécessaire de prendre le temps de discuter, d’expliquer la procédure de ratification du traité, de montrer qu’en conséquence le référendum est possible, que cela dépend de nos parlementaires, et en conséquence de l’engagement de chacun de nous qui pouvons leur demander de laisser le peuple choisir. Pour mener ce travail, des affiches sont d’ores et déjà disponibles. PRS contribue de manière décisive à leur diffusion et vous pouvez en commander auprès du journal. Vous pouvez aussi reproduire l’appel du CNR que vous trouverez sur le site www.nousvoulonsunreferendum.eu pour le faire signer sur les marchés, dans les entreprises, autour de vous. Les 35000 signataires recensés à cette heure représentent une partie significative de l’opinion de gauche active et politisée. Si chaque signataire se fait un relais de la campagne, cela représente une force immense par son nombre et son niveau d’éducation politique, qui serait en en mesure de bouleverser le scénario écrit par le président de la République et de refermer sur lui dès le début de l’année prochaine ce qu’il croyait être un piège pour la gauche.

françois delapierre dans à gauche

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents