Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


l'édito de François Delapierre

Publié par prs 57 sur 9 Novembre 2007, 00:00am

Catégories : #europe

Sarkozy a menti

Il faut tordre le cou de toute urgence à une thèse désastreuse qui circule parfois jusque dans la gauche : l’élection présidentielle donnerait à Sarkozy le droit de soustraire le nouveau traité européen au référendum. « Ne l’avait-il pas annoncé ? Les Français étaient prévenus. On peut le déplorer mais il faut accepter le verdict des urnes. » Ce raisonnement se présente comme une évidence démocratique. Mais il est porteur des pires reculs en la matière.

 

L’élection de 2007 visait uniquement à pourvoir au poste de Président de la République. Il ne s’agissait pas de donner les pleins pouvoirs à un homme. L’oublier serait désastreux au moment où Nicolas Sarkozy cherche à instaurer un pouvoir personnel sans précédent, y compris sous la très présidentialiste Cinquième République. Après Lang, il serait consternant que d’autres voix à gauche confortent cette entreprise.

Dès lors que les Français n’ont pas donné les pleins pouvoirs à Sarkozy, ils ne lui ont pas donné celui de modifier à sa guise la Constitution. La révision constitutionnelle préalable à la ratification du traité se déroulera comme les précédentes : par le vote du peuple ou à la majorité des 3/5 des parlementaires. Rien ne justifierait donc que la volonté d’un seul homme s’impose à celle du Parlement, ni que le choix d’un seul délie tous les autres de la responsabilité qui leur a été confiée par le peuple souverain, qu’ils soient dans la majorité ou l’opposition. Les promesses électorales de Sarkozy ne s’appliquent pas de plein droit du seul fait de son élection. Elles doivent faire l’objet de décrets pris par le Gouvernement ou de lois soumises au vote des Assemblées. Sinon quel est le rôle du Parlement ? Et celui de l’opposition ? Reconnaître à Sarkozy le droit de décider seul de contourner le référendum serait prêter la main à un coup de force contre la démocratie dont la gauche se mordrait les doigts à l’avenir.

« Juridiquement vous avez peut-être raison, mais l’élection lui donne la légitimité politique d’agir ainsi », nous rétorqueront ces opposants en gants blancs. Faut-il rappeler à ces étourdis ce qu’a promis Sarkozy en matière européenne ? Dans son projet présidentiel : « J’ai proposé à nos partenaires un traité simplifié , limité aux questions institutionnelles que nul n’a contestées pendant la campagne référendaire, afin que l’Europe se dote rapidement des moyens de fonctionner efficacement à 27 États membres. La question de la réécriture d’un texte plus global, scellant la dimension fondamentalement politique de l’Europe, se posera dans un second temps. » Au Congrès d’investiture de l’UMP : « Je veux être le Président d’une France qui dira aux Européens : "nous ne ressusciterons pas la Constitution européenne. Le Président Giscard d’Estaing a fait un travail remarquable, mais le peuple a tranché." » Lors du débat télévisé entre les deux tours : « Ceux qui veulent faire un nouveau référendum, c'est qu'ils veulent faire repasser la Constitution. Je ne veux pas d'une nouvelle Constitution. Les Français ont dit non à 55 %. On ne va pas recommencer un référendum. Pour leur dire quoi ? C'est clair, ils ont dit non. »

Or tous les analystes le disent : le « nouveau » traité n’est que la reprise sous une autre forme du texte initial de la Constitution européenne. Ce n’est pas un mini-traité : il est plus long que le précédent. Ce n’est pas un traité seulement institutionnel : le contenu de la partie III du projet de Constitution européenne est repris en totalité. Ce n’est pas un traité consensuel : les points qui ont suscité le vote « non » des Français sont recopiés tels quels. Ce n’est pas un traité simplifié : il est encore plus complexe que le TCE. Dès lors, Sarkozy piétine son engagement de respecter le « non » des Français.

On pourrait aussi rappeler sa promesse de réorienter la construction européenne. Discours de Charleville-Mézières : « La surévaluation de l’euro est une erreur. (…) La religion du libre-échange absolu est un renoncement. (…) Considérer la concurrence comme un dogme intangible est un renoncement. » Discours de Lille : « Depuis longtemps la pensée unique nous explique qu’une monnaie forte c’est bon pour l’économie et que de toute façon c’est le marché qui décide du cours de la monnaie. Eh bien ce n’est pas vrai. (…) Regardez Airbus ! Voyez comment l’Euro trop cher abîme l’une des plus belles réussites industrielles de l’Europe ! J’ai toujours dit oui à l’Europe, mais pas à cette Europe là ! Je veux une autre Europe, une Europe qui agit au lieu de subir. Une Europe qui défend ses intérêts au lieu de les immoler sur l’autel de la pensée unique. » Or le nouveau traité européen ne change rien au statut de la Banque Centrale européenne, à la politique monétaire, à la protection des travailleurs européens contre les délocalisations, au « dogme intangible » du libre-échange. Pour une raison bien simple : à peine élu, Sarkozy a défendu la pensée unique et non les exigences du peuple.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
J'oubliais: le débat chez Michaël est parti du retournement de veste de Denis Peiffer à Sarreguemines. Épiphénomène, qui n'intéresse pas outre mesure les camarades qui visitent ce site depuis "ailleurs en France". J'en ai parlé une fois, et basta. Le site de Michaël est le sien, c'est juste un peu différent, local, ciblé Moselle et région Lorraine, normal qu'on y trouve des visiteurs du coin qui sont supporters ou pas de ses idées, de son action. Mais quand on a lu le niveau où finissait le propos, qu'on aurait aimé courtois...  Ça laisse rêveur, non? Je ne perdrai plus de temps avec le citoyen Peiffer et son "chemin". S'il a trouvé celui de Damas chez Lett, tant mieux.  Il pourra donc nous dire si SON désormais député a voté ou non les lois Hortefeux... Ça pourra toujours nous servir pour une campagne future! Franchement, et en toute objectivité, ceci n'est-il pas plus important que de se faire écharper ( car se lire pintade ou eunuque, ce n'est pas fabuleux, si?) une dame, fût-elle ministre sarregueminoise de l'Éducation?
Répondre
P
 @ loulou: je tiens à rappeler ici, et pour une dernière fois, que ce blog n'est pas MON blog, mais celui de mon orga: Pour la République Sociale. J'y écris parfois des billets perso, mais en aucun cas il ne s'agit, contrairement à ce qui se passe ailleurs, de ME faire une quelconque pub. Ici, nous sommes un relais d'idées, venues de la presse qui nous est proche: À Gauche, bien sûr, notre hebdo, Politis, l'Huma, parfois Marianne, venues aussi de nos amis politiques, communistes, altermondialistes, écologistes, syndicalistes. Et comme nous ne sommes pas trop maso, nous n'allons pas nous flageller non plus! Comme vous avez pu le constater, je ne mets pas mes coordonnées web en fin de mes commentaires, encore une fois, contrairement à d'autres ! Donc, les attaques personnelles sont mal venues ici. Je n'entre pas dans ces jeux-là. Si notre opinion sur le "mini-traité" remanié ne vous va pas, allez visiter le site du PS, celui de l'UMP, ou du Modem, vous aurez alors toute satisfaction. Brillante, la désignation de Gros? Juste avant mon départ en vacances, j'avais cru voir trois voix d'avance, non? Si sur un total de douze votants ça ressemble à une brillante désignation, à l'échelle messine, il en va autrement, il me semble...
Répondre
L
Je trouve le blog de ton copain Michaël bien plus interactif! Ici, tu nous balance plein d\\\'articles par jour à nous en lasser! Chez Michaël au moins ça discute et ça débat. Et puis arrêtez de rêver, il n\\\'y aura pas de référendum. Perdez pas tant d\\\'énergie pour cela! Le mini traité européen ou comment la gauche besanceconiste essaie de diviser la gauche et laisser celle-ci longuement dans l\\\'opposition. Certains gardent les pieds sur terre. Bravo à Dominique Gros pour sa brillante désignation.
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents