Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


pas de mélange des genres

Publié par prs 57 sur 11 Juillet 2007, 10:11am

Catégories : #à gauche - toutes !

La gauche n'a pas à douter

 

La nouveauté apparente cachant souvent des réflexes et des comportements vieux comme le monde, l'appétit et l'exercice du pouvoir en offrant d'assez pertinents modèles, il faut se souvenir de quelques formules d'avant et d'après l'élection présidentielle.


Bonapartisme a-t-on lu ici et là, à propos de la méthode ou du style du locataire de l'Elysée; c'est toujours mieux pensé que fasciste, même si dans les deux cas l'essentiel n'est pas dans le style mais dans la mise en place d'outils politiques au service d'une classe sociale particulière, n'en déplaise à ceux qui voudraient croire et faire croire qu'il n'en est plus!

"Ni talon rouge, ni bonnet rouge, je suis national " disait le dictateur  honoré par la république, voulant signifier par là qu'il n'était ni proche des privilégiés, ni partisan des révolutionnaires; voire!

L'émoi causé dans le PS par les sollicitations du président à l'égard de quelques "figures" de ce parti, on dit cela aussi pour les as de la tauromachie, est difficilement compréhensible: comment s'étonner de ces débauchages si l'on considère que le chef de l'Etat prétend effectivement se situer au-dessus des partis, n'agir que pour l'intérêt général, dans une confusion idéologique que la campagne, hélas, n'avait qu'amplifiée?

L'histoire nous apprend qu'en de pareils accidents, on vit de pareils dévouements. Que fut donc le personnel politique du Consulat et de l'Empire? Faut-il ressusciter Henri Guillemin et relire les premiers statuts de la Banque de France, pour savoir ce qu'était alors l'intérêt général pour ces gens-là?

Si droite et gauche n'apparaissent pas au citoyen comme recouvrant autre chose que des discours sécuritaires ou des pauses activistes, si un mouvement de menton tient lieu de projet, si la surabondance de communication orientée obscurcit toute analyse, alors rien de ce qui se passe ne doit nous étonner. Le remède n'est pas plus neuf: il faut assumer ce que l'on est, être reconnu pour tel, parler vrai, proposer un changement certes crédible, mais surtout évidemment réel; bref penser et faire savoir que droite et gauche, ce n'est pas pareil, que l'alternance des équipes devrait de temps à autre au moins s'accompagner d'alternatives économiques et sociales qui ne rassemblent pas les politiciens professionnels en divisant de plus en plus et en termes visibles, les électeurs qui leur ont fait confiance.

Le plan B pour l'Europe, il y en avait donc bien un de possible à concevoir, les déficits publics aggravés par de nouveaux cadeaux à une minorité de Français et au détriment de nos engagements internationaux, la réhabilitation de l'argent, comme l’affirme en guise de programme, madame le ministre de l'Economie et des finances, il ne nous semblait pas que l'argent en France fût si mal vu, les lois sécuritaires conjuguées avec un engorgement scandaleux des prisons, tout cela permet à un parti d'opposition, sur des questions fondamentales, d'affirmer sa différence et de faire des contre-propositions; il faut bien sûr le vouloir, il faut bien sûr être porteur d'un projet de société; il faut bien sûr disposer d'un référentiel idéologique, philosophique et moral qui fasse de la vertu une qualité civique. Il faut rappeler que la redistribution des richesses, la solidarité et le progrès sont des outils du bonheur des hommes plus sûrement que l'individualisme forcené, l'enrichissement sans cause et la violence sociale que crée l'injustice. 

Aux armes citoyens 9 juillet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents