Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


la convention vue de dehors

Publié par prs 57 sur 9 Juillet 2007, 12:57pm

Catégories : #à gauche - toutes !

"Pour la République Sociale" (PRS, aile gauche interne au PS) a tenu sa convention nationale il y a quelques jours, et produit un document très intéressant : La gauche d’après. En préparation de notre congrès extraordinaire, les adhérents du PCF devraient tous le lire : on gagnerait beaucoup de temps pour aller plus vite à l’essentiel et à l’urgence.

1. Une analyse brillante

Ce n’est pas la première fois que je constate ça, mais PRS dispose apparemment de ressources analytiques particulièrement affûtées. Qu’il s’agisse de l’analyse historique de la séquence politique que constituent les 20 dernières années, de l’analyse de ce qu’est le sarkozisme, ou encore de l’analyse du double échec du "communisme d’Etat" et de la social-démocratie, il n’y a pas grand-chose à ajouter...

Petit extrait sur l’échec du "communisme d’Etat" : "La cause fondamentale de l’effondrement du bloc de l’Est doit donc être cherchée ailleurs. Elle est politique. Elle consiste en l’incapacité à apparaître comme un système compatible avec l’émancipation de la personne et dès lors à obtenir le consentement de la population." C’est précédé de tout ce qui va bien pour en arriver là, et suivi de tout ce qu’il faut pour expliciter. Comme d’habitude avec PRS c’est un peu long (pas loin de 50 pages en tout, mais des petites au format poche), mais si on le lit tous on va pouvoir économiser un congrès sur les deux qui nous attendent... ça vaut peut-être le coup ?

2. Des premières réponses qui nous conviennent

Face à cette situation, PRS identifie quatre enjeux majeurs pour rompre avec le libéralisme, illustrés à chaque fois par leur concrétisation en Amérique du Sud, les projets du Linke allemand et les questions posées en France :

"1°) La refondation civique des nations grâce à des processus constituants"

Pour changer vraiment les règles du jeu, refonder le contrat social, garantir l’implication de tous et préserver l’Etat de droit tout au long des transformations nécessaires, il faut faire évoluer le cadre constitutionnel.

"2°) La récupération de la souveraineté sur les grands outils de développement et l’appropriation sociale des ressources naturelles."

Renationalisation de l’énergie et de toutes les grandes infrastructures du pays. Ce n’est pas nous qui dirons le contraire... Ne pas oublier néanmoins le contrôle citoyen.

"3°) La priorité aux plus pauvres pour abolir l’apartheid social."

Incroyable : si on fait le contraire de ce que veut le FMI (politique sociale ambitieuse, services publics renforcés, etc.), la pauvreté recule et la croissance est au rendez-vous ! Etonnant non ? Merci les sud-américains.

"4°) L’affirmation du droit à décider d’après ses propres besoins de développement face à la superpuissance états-unienne et aux institutions financières internationales."

Rétablir la souveraineté nationale et faire reculer le capitalisme mondialisé et financiarisé, pour retrouver les marges de manoeuvre indispensables pour conduire une politique internationale tournée vers la coopération et le développement.

Ces quatre axes fondent la République Sociale telle que la conçoit PRS. Pour ce que je connais de mes petits camarades, les communistes n’auraient pas grand-chose à enlever à ce projet... et à ajouter ? Vous ne trouvez pas qu’il manque quelque chose ?

3. "Un monde sans bords"... ?

Je cite PRS (si, si !) : "Beaucoup des avancées sociales arrachées par la social-démocratie européenne au cours du XXe siècle ne l’auraient pas été si le spectre de la « contagion communiste » n’avait limité la gourmandise des possédants. Aujourd’hui le nouvel ordre mondial est « globalitaire ». C’est un monde sans bords où nulle part ne se donne à voir la possibilité d’une alternative au système. L’arrogance des dominants, au premier rang desquels l’hyperpuissance américaine, ne connaît plus de limites."

Je vous le disais qu’on va gagner du temps... mais revenons à nos moutons.

Alors le nouveau rempart contre l’hégémonie du capitalisme mondialisé, c’est la République Sociale ? Bien maigre barrière... regardez comment Chavez perd complètement les pédales sur le problème des biocarburants.

Oui, la République Sociale va clairement dans le bon sens, mais sans boussole ni visée résolument alternative au capitalisme, ne contient-elle pas en germe tous les renoncements et petits arrangements qui permettront au capitalisme de la digérer, comme Sarkozy digère aujourd’hui la gauche socialiste en France ?

A tous ceux dont les tripes hurlent OUI à cette question, le PCF doit ouvrir grand ses portes !

Aux autres qui pensent que cette plate-forme politique peut suffire et devenir majoritaire, qu’ils s’appellent PRS ou refondateurs, nous disons "nous sommes vos frères, travaillons ensemble à bâtir la citadelle qui fera reculer le capitalisme destructeur, et comptez sur nous pour que s’y dresse un solide donjon !"

4. Qu’un nouveau spectre se dresse pour faire reculer le nouvel ordre mondial !

C’est là où s’arrête le document de PRS que notre prochain congrès doit débuter. Avec une feuille de route en deux temps :

Définir le communisme du 21ème siècle, ses valeurs fondatrices et ses propositions concrètes.

Proposer les modalités de notre contribution à cette reconquête commune du territoire idéologique et politique, ou comment faire fonctionner le rassemblement de toutes les forces qui aspirent à se mettre en mouvement dans la même direction.

Bon ben au boulot maintenant...

Mouton Noir

On remercie le sympathique « ovin de couleur » pour son analyse charpentée des travaux de notre assos. Deux remarques cependant, dont un rappel, pas inutile par les temps qui courent : non, PRS n’est pas l’aile gauche interne au PS. Combien d’entre nous sont communistes, alter, ou même, si si je vous assure, pas encartés du tout ! Et puis, Sarkozy ne « digère » rien du tout, en vrai. Seuls ceux qui veulent bien se laisser bouffer le seront. Pour les autres, même les ors et les tapis moelleux des ministères ne les feront pas dévier de leur ligne, soyez-en certains. En tous cas, nous on y croit.

PRS 57

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents