Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


la Poste, encore

Publié le 25 Septembre 2009, 23:01pm

Catégories : #à gauche - toutes !

À la Poste, mettre le cran d’arrêt

 

Tous les dénis gouvernementaux n’y pourront rien changer : la transformation de la Poste en société anonyme constitue un démantèlement du service public et le premier pas vers sa privatisation. Que dans un premier temps le capital reste détenu à 100% par l’Etat ne change rien à l’affaire. Chaque fois que le pouvoir a effectué ce type d’opération, il a ensuite fait entrer des capitaux privés dans la société anonyme, avec les conséquences que l’on sait : réduction de la qualité du service, suppressions massives d’emploi, détérioration des conditions de travail des salariés, augmentations tarifaires, et en définitive, priorité à la satisfaction des actionnaires. C’est le chemin qu’ont suivi EDF, GDF ou encore France Télécom, cette société qui défraie la chronique pour le nombre de ses salariés qui mettent fin à leurs jours, brisés par les « restructurations »…

Ce mauvais coup porté à la Poste intervient au terme d’un long processus de dégradation de la qualité du service public postal, résultant d’un sous-investissement systématique. Depuis 2002, plus de 6 000 bureaux de poste sur 17 000 ont été « transformés », autrement dit mis en activité réduite, ce qui a permis au gouvernement de supprimer 50 000 emplois dans l’entreprise. Depuis 1997, la Poste n’embauche pratiquement plus de personnel à statut mais uniquement des contractuels : 43% du total des effectifs aujourd’hui.

La population et les salariés sont les premières victimes de ce désengagement, qui se traduit par l’espacement des tournées, des délais croissants de livraison du courrier, des réductions d’horaires, l’allongement des files d’attente quand le bureau de poste n’a pas été simplement supprimé, ce qui, en milieu rural, accroît la désertification du territoire…

Pour tenter de justifier son projet, le gouvernement Sarkozy dit vouloir « faire face » à la mise en concurrence des services postaux européens, fixée à 2011 par la commission de Bruxelles. Mais les Français ont déjà fait face aux résolutions de cette Europe libérale en 2005, lorsqu’ils ont massivement rejeté le « traité constitutionnel » dont l’un des volets était précisément le démantèlement des services publics ! Et par un incroyable déni de justice, Sarkozy et les gouvernements de l’UE ont imposé une nouvelle mouture du même texte sous couvert du « traité de Lisbonne ». Lequel, au nom du peuple français et de son droit souverain à décider de son avenir, doit être considéré comme nul et non avenu !

En fait, à travers la transformation de la Poste en société anonyme, le grand moralisateur du capitalisme met bas le masque derrière lequel il cherchait vainement à se dissimuler. Sarkozy 2009 ? Comme Sarkozy 2007 et 2008, c’est ce chef d’Etat qui s’est fixé pour objectif d’en finir avec l’héritage du Conseil National de la Résistance, de liquider le substrat républicain de notre pays.

D’ailleurs, à côté de l’attaque en règle contre la Poste, se profile le dossier du fret ferroviaire, dans lequel le gouvernement joue la même partition libérale. Au nom de la rentabilité financière, la SNCF a fermé 500 gares au fret entre 2004 et 2008. Conséquence : le transport de marchandise est de plus en plus assuré par les camions, en dépit des choix proclamés par le Grenelle de l’environnement.

Pour toutes ces raisons, l’initiative prise par une cinquantaine d’organisations politiques et syndicales et d’associations, en vue d’organiser une consultation populaire le 3 octobre sur l’avenir de la Poste, doit être activement soutenue. Disons « non » au projet du gouvernement et exigeons qu’il convoque les électeurs à un référendum sur la Poste et les services publics.

A cet égard, il est regrettable que la consultation du 3 octobre ne suscite pas un plus grand élan de la part de ceux qui y appellent. L’opinion est hostile à la politique de privatisation de Sarkozy, il existe de multiples relais locaux, à commencer par les élus, pour donner un grand élan au 3 octobre et aux journées de mobilisation qui doivent suivre. Alors foin de pusillanimité et en avant, avec toute la force du mouvement populaire !

 

Dans Combat Républicain

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents