Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


À propos de Maurice Audin

Publié le 23 Août 2009, 23:00pm

Catégories : #histoires et histoire

 

À quoi ont ressemblé les derniers jours de la vie de Maurice Audin ?

- Il a été enfermé dans cet immeuble en construction que les paras du général Massu occupaient et qu'ils avaient transformé en centre de tortures et de meurtres -puisqu'un certain nombre d'homme ont été exécutés là-bas. Le dernier à avoir vu Maurice Audin, c'est son ami Henri Alleg, qui l'a vu torturé, pantelant, entre les mains des soldats de Massu. Personne d'autre ne l'a revu. Ensuite, l'enquête de Pierre Vidal-Nacquet a montré que ces soldats étaient couverts et ont même souvent été enterrés avec la légion d'honneur. Une enquête judiciaire a été ouverte le 5 juillet 1957, moins d'un mois après l'enlèvement, car personne n'avait de nouvelles et Henri Alleg était encore tenu au secret et torturé. L'affaire a été classée sur la base de la version officielle, qui a toujours été celle de l'Etat, à savoir que Maurice Audin avait pris la fuite lors d'un transfert. Cette version a été mise à mal par Pierre Vidal-Nacquet. Le 13 mai 1958, son livre « L'affaire Audin » sort, écrit à partir des éléments recueillis sur ce qu'avait été le calvaire du jeune communiste. 

Quel rôle ont eu les communistes pendant la guerre d'Algérie, et en particulier Maurice Audin ?

- Maurice Audin était un des animateurs de l'activité communiste à l'Université d'Alger et un des responsables du Parti communiste algérien (PCA). C'était un jeune assistant de mathématiques, très lié aux étudiants nationalistes et communistes qui militaient à Alger. A partir de 1955, le PCA, qui était pour une solution négociée de l'indépendance de l'Algérie, a été interdit. Une forte répression s'en est suivie. Dans la clandestinité, Maurice Audin et d'autres militants ont maintenu une activité en distribuant des tracts et en organisant des débats dans les universités. En 1957, une vague d'arrestations a été lancée pour démanteler le PCA. La torture s'est généralisée dans les interrogatoires et des militants du Front de libération nationale (FLN) ont été exécutés. Henri Alleg a été arrêté chez Maurice Audin, piégé par les policiers, le lendemain de l'arrestation de celui-ci. Le cas de Maurice Audin est particulier et emblématique car, dès la nouvelle de sa disparition, un certain nombre d'intellectuels se sont mobilisés, parmi lesquels Pierre Vidal-Nacquet et Laurent Schwartz, pour faire connaître la vérité de la torture, la vérité de la bataille d'Alger et obtenir toute la vérité de l'Etat sur cet élément.

Quels blocages pourraient retenir un geste du président ?

- Josette Audin a essayé à de multiples reprises d'interpeller les autorités. Et, depuis 1957, le comité Audin et Pierre Vidal-Nacquet qui a sorti une nouvelle version, en 1989, de son livre, augmentée grâce à la lecture de sources du ministère de la Justice, persévèrent pour connaître la vérité. Son combat a connu des retentissements, notamment pendant le procès du général Aussaresses pendant lequel Simone de la Bollardière, veuve de général, et Henri Alleg l'avaient violemment interpellé pour qu'il fasse la vérité.
Aujourd'hui, la morale et l'éthique devraient conduire Nicolas Sarkozy à parler.  La France a fait un petit pas autour de la reconnaissance de la torture en Algérie mais pas concernant la reconnaissance du caractère colonial de la guerre. Il faut rouvrir le dossier. Si l'amnistie des soldats n'est guère admissible, le corps n'ayant pas été retrouvé, le débat reste entier sur cette affaire. Il faut que l'Etat affirme et proclame la vérité. 

par Patrick Appel-Muller

Propos recueillis par Justine Charlet

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents