Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


pour Jaurès

Publié le 31 Juillet 2009, 23:12pm

Catégories : #histoires et histoire


31 juillet 1914, une date plus qu’essentielle dans notre calendrier d’hommes et de femmes de gauche. Ce jour-là, au Café du Croissant, rue Montmartre, un homme va mourir. Il mange de la tarte aux fraises, le dos tourné à la rue. Il est 21 heures 30 et un autre homme se dirige vers le café, qui passe sa main armée à travers la vitre, un coup de feu en pleine tête suffira, ce vendredi.  Un homme tombe, d’autres crient. Le pharmacien voisin va refuser de donner un médicament pour « une crapule ». On vient de tuer Jaurès.

 Quelques années plus tard, Raoul Villain, son assassin, sera acquitté et la veuve de Jean Jaurès sera condamnée aux dépens…  

François Mitterrand dira de celui qui meurt à la veille d’une guerre qu’il exécrait : « …celui dont toute la vie fut faite de cette entente, de cette compréhension, de ce jeu de miroirs avec la volonté des citoyens. »

 Donnons-nous ici, nous qui avons choisi un de ses mots comme symbole de notre action militante (« la République sera sociale ou elle ne sera pas ») le temps de relire certaines de ses phrases, comme autant de drapeaux à suivre, autant de drapeaux rouges, rouges du sang des insurgés. Et pour commencer, celle-ci, prémonitoire peut-être, visionnaire sûrement :

« On va réveillant les morts et, à peine réveillés, ils vous imposent la loi de la vie, la loi étroite du choix, de la préférence, du combat, de l’âpre et nécessaire exclusion. Avec qui es-tu ? Avec qui viens-tu combattre et contre qui ? » Et il ajoutait : « Je suis avec Robespierre et c’est à côté de lui que je vais m’asseoir aux Jacobins.» Et nous, mes camarades, sommes-nous si sûrs d’être encore et toujours aux côtés de Jaurès ?

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents