Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


Aix, une sacrée leçon…

Publié le 21 Juillet 2009, 23:00pm

Catégories : #campagnes en tous genres

Pour tous les libéraux du PS, ceux qui ont opté pour le libéralisme, pour le capitalisme, pour le traité de Lisbonne, pour la concurrence libre et non faussée (cet été ils en font une pitoyable démonstration), ont abandonné les valeurs du socialisme, mot grossier qu’ils veulent rayer de leur vocabulaire, justice, égalité, fraternité, solidarité, leur sont tellement pénibles à prononcer qu’ils n’ont qu’un objectif faire alliance avec la droite pour en finir avec ce qu’ils dénomment les vieilles lunes archaïques. Lorsqu’ils parlent de liberté c’est celle du renard dans le poulailler, tout doit être fait pour que le système d’exploitation perdure, que les plus nantis conservent un maximum de privilèges en exploitant un maximum de pauvres. Pour réaliser cette conversion il faut s’allier à la droite de Bayrou.

L’élection municipale partielle d’Aix en Provence était l’occasion d’en faire une brillante démonstration. Elle a échoué, la défaite est totale, la candidate UMP face à une alliance contre nature l’emporte de peu. Pour le PS la défaite est lourde, sa stratégie d’alliance à droite est battue en brèche, sa mascarade d’offrir une possibilité d’alternance à gauche disparait. Le but du PS, depuis longtemps, est de créer deux partis capitalistes libéraux en France, afin de présenter une fausse alternance tout en offrant la même politique. A Aix il vient d’en faire la démonstration. Heureusement les électeurs ne sont pas dupes. Le Parti de gauche doit dénoncer cette supercherie, s’opposer en proposant une autre politique. Les répercussions de cette alliance contre nature conduisent à :

- Une forte augmentation de l’abstention, (2009 1er tour = 55,9%, 2ème tour = 50,54%, 1er tour 2008 = 40,82%).

- Un profond discrédit des politiques, le PS en 2008 avait dans une triangulaire obtenu 42,9%, le Modem 12,8%, l’UMP 44,3%. En 2009 le renversement d’alliance tactique, électoraliste, et malsain a été désavoué par les électeurs. Au premier tour PS + Modem 34,08%, les Verts 11,31%, droite dissidente 7,08%, liste de gauche PCF, PG, NPA, 4,21%,  UMP 43,3% dix points de plus qu’en 2008. Malgré les appels très forts de la liste de droite dissidente, des Verts, de la liste de gauche, les résultats sont là. Deuxième tour UMP 50,22%, liste PS, Modem, Verts 49,78% 187 voix d’avance contre 747 en 2008 soit 560 voix de moins.

- Un affaiblissement de la démocratie entre les deux tours. L’UMP a amélioré son score de 6,92%, l’augmentation de la participation + 5,36% n’explique pas tout. L’unité de façade 56,78 est loin d’être atteinte. Les électeurs ne suivent plus les consignes des états major politiques. Plus le message est confus, plus le refuge dans l’abstention est important. Le constat pour cette alliance contre nature est accablant.

Nous ne devons pas  nous en servir pour masquer la contre performance de l’alliance à gauche. Aux européennes sur Aix, le Front de Gauche + le NPA réalisent respectivement 4,76% et 3,54% soit 8,30%, avec 4,21%, la contre performance est telle qu’il faut se poser des questions :

- La campagne a été courte, le sigle AIX à GAUCHE différent du Front de Gauche dans sa composante puisqu’il intègre le NPA n’a peut-être pas eu le temps de s’imposer.

- Les électeurs de gauche dégoûtés de l’alliance du PS avec la droite ont-ils préféré se réfugier dans l’abstention tout en sachant qu’il serait difficile voire impossible de siéger au conseil municipal ?   

- Les électeurs PC, PG, NPA, ont-ils accepté cette alliance ? C’est une question qui mérite d’être étudiée.

Au Parti de Gauche nous devons travailler dur pour proposer une politique de gauche qui redonne confiance aux électeurs de gauche. Ces abstentions massives sont inquiétantes, elles font le lit du populisme. Le désespoir des salariés et des couches populaires est grand, au point que leurs revendications ne portent plus sur l’amélioration des salaires, le maintien de l’emploi, les conditions de travail… elles portent sur l’importance de la prime pour accepter d’être licencié, bientôt ils seront licenciés sans prime et ils auront tout perdu. À nous la gauche de relever le gant ! Ne croyons surtout pas que les libéraux affichés ou masqués le feront. Faisons passer le message.

Alain Piégay (pg21)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents