Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


dimanche, le retour!

Publié le 14 Juillet 2009, 21:22pm

Catégories : #parti de gauche

Ci-après l’intervention de Marc DOLEZ, le 7 juillet 2009 à l’Assemblée Nationale, contre le travail du Dimanche.

Monsieur le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, malgré les fortes oppositions qui se manifestent depuis plus d’un an dans le pays, le Président de la République, le Gouvernement et la majorité ont donc décidé de passer en force pour imposer le travail du dimanche, en évitant toute concertation préalable avec les partenaires sociaux. C’est la quatrième mouture du texte, mais rien n’a changé sur le fond. Elle ouvre toujours la voie à une généralisation du travail dominical, mettant en danger un acquis essentiel des salariés depuis plus d’un siècle, le droit au repos dominical, l’un des fondements de la cohésion sociale et familiale de notre société.

Si aucun des arguments économiques avancés n’est vraiment convaincant, le recul social, lui, est bien réel !

Incohérence économique d’abord : travailler le dimanche n’est ni un atout pour le commerce, ni une réponse pour les consommateurs. C’est, à terme, la disparition programmée des petits commerces, des artisans et des marchés traditionnels, qui ne pourront suivre les mêmes plages d’ouverture ; par voie de conséquence, c’est aussi la perte des emplois associés.

Comme l’a parfaitement démontré l’étude déjà citée du CREDOC, l’ouverture des magasins le dimanche ne créera pas d’emplois. Au mieux, elle opèrera des déplacements d’emplois stables en CDI vers des emplois précaires : 15 000 à 20 000 emplois pourraient ainsi être supprimés dans le petit commerce.

Contrairement aux affirmations présidentielles, cette ouverture sera également sans effet sur la croissance, car un surcroît de consommation ne peut provenir que de l’augmentation des salaires et des retraites, sans laquelle il va de soi que les consommateurs ne dépenseront pas davantage ; ils seront simplement conduits à reporter certaines dépenses d’un jour sur l’autre. En février 2007 déjà, le Conseil économique et social affirmait que « la consommation dépend du pouvoir d’achat, et l’effet d’entraînement provoqué par l’ouverture du dimanche ne serait qu’un déplacement dans le temps d’une dépense qui ne varie pas, sauf à solliciter davantage l’épargne ou le crédit, et ne serait qu’un transfert entre commerces ouverts et fermés ».

Incohérence économique, mais aussi sociale : on nous parle de sauvegarde de l’emploi, alors qu’il s’agira plutôt de sa précarisation et de sa parcellisation. La proposition de loi vise officiellement à régulariser des situations contraires à la législation du travail dominical, créant ainsi un effet d’aubaine qui engage bien au-delà du repos hebdomadaire. La banalisation du travail du dimanche conduira à la précarité : CDD, intérim, heures supplémentaires ou encore surcharge de travail due à l’augmentation des amplitudes de travail. C’est ouvrir la porte à des ajustements de l’emploi au détriment des salariés les plus précaires, au premier rang desquels figurent les étudiants et les familles monoparentales.

Illusion aussi du volontariat, mis en avant, mais qui n’est au fond qu’un affichage : prétendre garantir le volontariat des salariés, c’est méconnaître la réalité du monde du travail. Tout d’abord, compte tenu du lien de subordination qui caractérise le contrat de travail, le volontariat n’existe pas. En effet, il n’existe pas de liberté en droit du travail : tous les salariés sont juridiquement subordonnés et c’est l’employeur seul qui décide qui travaille le dimanche.

Des milliers de salariés – des vendeuses, notamment – subissent d’ores et déjà cet état de fait : ils sont obligés de travailler le dimanche contre leur gré.

Comment garantir que le droit de refus des salariés, souvent mis en avant dans ce débat, n’entraîne aucune discrimination dans l’évolution de la carrière, dans l’obtention d’une augmentation de salaire ou dans l’attribution d’une formation ? Le marché du travail et la notion d’offre raisonnable d’emploi permettent-ils vraiment à un salarié de refuser à l’embauche un contrat prévoyant le travail du dimanche ?

Chacun connaît naturellement la réponse : la loi ne suffira pas à garantir contre les risques de discrimination et de représailles les salariés ou les candidats à l’embauche qui ne pourraient ni ne voudraient travailler le dimanche.

Quant au pouvoir d’achat, des contreparties ne seront rendues obligatoires que pour les salariés travaillant le dimanche sur la base d’une autorisation administrative. Voilà qui exclut la majorité des salariés concernés, notamment ceux des zones touristiques et thermales. Il n’y a dans le texte aucune garantie ni aucune contrepartie pour la majorité des salariés exposés au travail du dimanche. En outre, le doublement du salaire ne s’appliquera pas si d’autres contreparties sont fixées par accord collectif, même moins favorable.

Rien ne permet dans ce texte de déceler objectivement dans l’extension du travail du dimanche une nécessité sociale ou économique l’emportant sur les exigences qui soutiennent le principe d’un jour de repos commun, en vigueur depuis 1906. Au contraire, l’extension de l’ouverture des commerces le dimanche pose des problèmes sociétaux importants, le repos dominical étant le moment de l’exercice de nombreuses activités familiales, culturelles ou sportives, qui sont autant de voies pour assurer la cohésion sociale. Le coût social de la généralisation et de la banalisation du travail du dimanche est évidemment incalculable. Il ne peut hélas en résulter qu’une déstructuration encore un peu plus forte des liens sociaux.

La question posée dans ce débat est bien la suivante : veut-on vraiment d’une société où l’individu n’existe que par sa fonction de consommateur ? Veut-on une société dont le cœur est la consommation, ou bien une société où la personne humaine est placée au centre de toute décision ? Le patronat, qui a déjà largement inspiré ce texte, a clairement répondu à cette question par la voix de sa présidente, Mme Parisot, qui déclarait il y a quelques mois que le débat n’est pas sur le travail du dimanche, mais sur l’ouverture de certains commerces. Tout est dit ! Parce que le repos dominical est et doit rester un repère collectif dans la société, je souhaite que notre Assemblée s’oppose résolument et massivement à ce texte.
(photo pg57. meeting de Metz, 1er avril 2009)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents