Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


en meeting

Publié le 13 Juin 2009, 23:00pm

Catégories : #front de gauche

Tout au long de cette campagne, notre camarade Brigitte Blang a décliné sur tous les tons, sur toutes les estrades, ses thèmes de prédilection : la laïcité et la Liberté.

Lors du dernier meeting de campagne, à Joeuf, elle s’est exprimé à nouveau, fidèle à son engagement. Nous reproduisons ici l’essentiel de son intervention.

 

« Mes chers amis, et pour certains d’entre vous, mes chers camarades, laissez-moi d’abord vous dire à quel point vous êtes impressionnants, vus d’ici ! Vous êtes nombreux, nombreux et impressionnants. Merci !

Je vais vous faire une confidence : je suis une grand-mère. Il y a dans ma vie une petite Lucie. Et c’est à elle que je voudrais vous parler ce soir. En rappelant aussi une autre Lucie, Lucie Aubrac, une des plus belles rencontres de ma vie, qui disait, et ces paroles ont été ma ligne de conduite tout au long de ma vie d’enseignante, Lucie qui disait : « Exister, c’est résister, et résister se conjugue toujours au présent… » Devise à laquelle j’ajoutais, pour les élèves, le verbe désobéir. Désobéir… Et c’est en pensant aux deux Lucie, la petite et la grande dame, que ce soir, je vais vous dire pourquoi nous devons désobéir à cette Europe qu’on cherche à nous imposer.

 Car je ne veux ni pour ma Lucie, ni pour aucun autre enfant, de cette Europe qui bafoue la laïcité et les droits des femmes,

 Je ne veux pas de cette Europe qui confond formation et rentabilité,

 Je ne veux pas de cette Europe qui veut gérer les universités comme des entreprises,

 Je ne veux pas de cette Europe qui préfère former des salariés prêts à l’emploi plutôt que des citoyens libres de leurs choix et de leurs pensées

 Je ne veux pas de cette Europe qui détruit les services publics, en oubliant le vivre ensemble, qui seul devrait rester notre idéal humain.

 Je ne veux pas de cette Europe des marchands et des boutiquiers, qui veut nous faire croire que le bonheur est dans l’avoir, alors que l’être est laissé aux oubliettes.

 Notre combat, chers amis qui êtes là ce soir, notre combat est celui de l’intérêt général, seul garant de l’Égalité entre tous les êtres humains, cette Égalité qui sera le ferment de la Liberté sur notre terre d’Europe, à travers l’éducation et la culture, le ferment de la Fraternité, et pas de la charité, qui est, souvenons-nous en, le contraire de la justice, tant elle génère une hiérarchie insupportable entre celui qui donne et celui qui reçoit.

Notre combat est, ici et maintenant, demain et ailleurs, le combat de la solidarité avec les peuples moins privilégiés que nous, mais aussi avec les pays du Sud, en refusant l’Europe forteresse qu’on nous propose, celle de la sinistre directive de la honte, mais aussi avec les travailleurs de tous les pays, ceux qui luttent en ce moment pour leur emploi, ceux qui ne se résignent pas, ceux qui refusent le saccage de leur vie, ceux qu’on désigne à la vindicte publique, ceux qu’on criminalise parce que leur désespoir les a conduits à détruire un ou deux écrans, mais qui parle de leur vie en miettes, de leur avenir en charpie, et de celui de leurs enfants en lambeaux ?

Ce soir, mes amis, je vais donner pour une dernière fois des devoirs, ce soir, je vous demande de sortir vos cahiers de texte et de noter, avant dimanche, si comme moi, vous ne voulez pas de cette Europe-là, avant dimanche, vous devrez « faire » trois voix chacun. Trois petites voix, trois voix de rien du tout. Et alors, vraiment, tous ensemble, nous pourrons accompagner Hélène à Strasbourg. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents