Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


c'est pour vous, c'est dans l'huma

Publié le 22 Mai 2009, 23:00pm

Catégories : #europe

PSE et PPE : séparer les deux compères


Tous ceux qui ont assisté à des réunions sur les prochaines élections européennes vous le diront : il se trouve toujours dans la salle une ou plusieurs personnes pour dire qu’elles n’iront pas voter le 7 juin. Leur argument : « Le 29 mai, le "non" au référendum sur le traité constitutionnel européen l’a très largement emporté, et pourtant son clone, le traité de Lisbonne, a été ratifié par le Parlement. Mon vote n’a donc servi à rien. On ne m’y reprendra pas. » La forfaiture commise par les députés et les sénateurs français (dont une bonne partie des élus socialistes) qui, sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy, ont bafoué la volonté du suffrage universel, a eu des effets ravageurs sur la confiance des citoyens dans les procédures démocratiques. Comme si cela ne suffisait pas pour favoriser l’abstention, les deux principaux partis de gouvernement - PS et UMP - mènent une campagne en forme de service minimum car ils peinent à se trouver des points de divergence sur l’Europe. Et pour cause : au Parlement européen, à quelques rares exceptions près, leurs représentants au sein des groupes du Parti socialiste européen (PSE) et du Parti populaire européen (PPE), tout comme ceux du Modem et des Verts, ont voté ensemble la grande majorité des textes qui leur étaient soumis. Dans ces conditions, pourquoi se chamailler en France, alors que l’on est d’accord sur l’essentiel - les mesures de libéralisation - à Strasbourg et à Bruxelles ? Parlons plutôt de Nicolas Sarkozy, c’est plus clivant…

Le président sortant du Parlement, Hans-Gert Pöttering, candidat tête de liste en Allemagne pour l’Union démocrate-chrétienne, a théorisé cette connivence : « Plutôt que de résoudre les problèmes en se tuant les uns les autres, nous avons les traités, notre base de coopération. » Comme ces traités obéissent à la seule logique néolibérale, les « compromis » se situent entre un peu plus et un peu moins de libéralisme. Toute conflictualité - qui n’a rien à voir avec une tuerie - est ainsi évacuée, alors que le choix entre des options réellement différentes constitue l’essence même de la vie démocratique. Ceux qui sont sceptiques sur la légitimité du Parlement européen et ceux qui, à l’inverse, fondent des espoirs sur lui devraient au moins avoir un objectif commun : en faire une assemblée politique. Ce qui implique que le PSE cesse de se comporter en compère du PPE. Pour cela, rien ne vaut une bonne pression extérieure - en l’occurrence un bon score du reste de la gauche, et d’abord de celle qui se bat pour son unité.

 

Bernard Cassen Ancien président d’ATTAC et secrétaire général de Mémoire des luttes

 Coauteur, avec Louis Weber, d’Élections européennes, mode d’emploi, Éditions du Croquant, 2009.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents