Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


on nous cache tout, on nous dit rien...

Publié le 13 Mai 2009, 23:00pm

Catégories : #europe

Sous l'éteignoir, la braise

La drôle de campagne des européennes continue. Le discours de Sarkozy à Nîmes devait enfin la relancer. Il n'en a rien été. Son effet sur le débat populaire a été nul. Pour le chef de la droite, c'est un grand succès. Car ceci est délibéré. S'il voulait encourager la participation, il mettrait sur la table les désaccords qui se cachent en dessous. Pour «intéresser les Français», il y a un moyen simple: exposer au peuple les divergences sur l'Union afin qu'il les tranche par son vote. Divergence sur Lisbonne. Divergence sur le Grand Marché Transatlantique. Divergence sur le contenu des traités. Un beau débat, digne d'une démocratie adulte, non?

Bien plus que le spectacle lamentable de dirigeants européens qui s'écharpent à chaque sommet mais affichent leur complicité dès qu'ils ont des comptes à rendre aux citoyens. Une élection n'est pas l'occasion pour le peuple reconnaissant de manifester sa gratitude. C'est le moment où les citoyens exercent le pouvoir; c'est-à-dire décident entre des visions divergentes de l'intérêt général. La démocratie implique la contradiction. Or dès qu'il est question de politique européenne, un consensus anesthésiant est de mise. PPE et PSE gouvernent ensemble l'Union, votent les mêmes directives et défendent les mêmes traités. En France, Sarkozy reprend les mots de gauche et parle de changer l'Europe alors qu'il est l'auteur d'un traité qui reprend à 99% les textes antérieurs. Les dirigeants socialistes rejouent la partition des «oui» compatibles étrennée en 2005. Dans ces conditions les journalistes sont invités à «faire de la pédagogie» en expliquant aux Français tout ce que l'Europe fait pour leur vie quotidienne. Ceci n'est pas neutre. Un récent papier du journal Le Monde vend la mèche. «La crise économique a redonné du poids à l'Union européenne. Elle a éteint le débat sur l'Europe libérale.» On comprend donc que l'on parle si peu du Front de Gauche: nous sommes la braise qui peut tout rallumer.

François Delapierre

 

Commenter cet article

Eric 17/05/2009 22:27

Il est dommage de vouloir débattre sans en revenir avec des données objectives. Jamais depuis l'instauration de la désignation du parlement européen au suffrage universel, la gauche n'a été majoritaire...comment créer un rapport de force démocratique?Cela enferme nos députés progressistes dans le rôle d'équilibristes pour tenter de contrebalancer les idées dominantes ... au risque de s'y bruler ...Revenons en aux idées et aux propositions pour construire une réelle alternative ... et cessons de nous lamenter ou de chercher le traitre là où pour leur immense majorité, il n'y a que des être humains qui se coltinent avec la réalité.Cessons ces débats sans fin (libéralisme) sur des mots dans lesquels chacun met ce qu'il veut ... pendant que des milliers  de décisions sans "ismes" brises les solidarités.Pour en débattreBonne campagne

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents