Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


un président en campagne

Publié le 10 Mai 2009, 23:01pm

Catégories : #europe

Jean-Luc Mélenchon (Sénateur - Président du Parti de Gauche, Tête de liste du Front de Gauche dans le Sud Ouest) dénonce la duplicité du discours de Sarkozy, hier soir à Nîmes :

« Nicolas Sarkozy vient d’inaugurer la campagne européenne de l’UMP par un discours de mystification.

L’Europe de l’impuissance qu’il condamne c’est la sienne. Celle du Traité de Lisbonne dont il s’est lui-même vanté d’être l’auteur.

Cette duperie interdit le débat honnête sur le fond que l’on voudrait avoir pour les élections européennes. Dans ces conditions sa façon d’ouvrir la campagne est surtout une façon de la rendre impossible.

L’Europe de l’impuissance sociale c’est celle du Traité de Lisbonne qui interdit l’harmonisation sociale.

L’Europe de l’impuissance face à la crise et aux mouvements de capitaux c’est celle du Traité de Lisbonne qui conforte la dérégulation.

Sarkozy vient de porter un mauvais coup à la démocratie en falsifiant ainsi le débat. »

Quant au PCF, il réagissait par la voix d’Olivier Dartigolles, porte-parole, pour exiger que les coûts engagés dans ce meeting, soient imputés aux comptes de campagne de Dominique Baudis (UMP), tête de liste dans le sud-ouest :

« Nicolas Sarkozy a prononcé hier un discours lors d’un meeting, soi-disant républicain, devant quelques 3000 militants UMP dont les candidats UMP à l’élection européenne.

Pour l’ensemble des spectateurs et des commentateurs, le meeting d’hier soir à Nîmes, et alors qu’a démarré la campagne officielle, était sans aucun doute possible celui de l’UMP.

Pourtant, malgré la décision qui s’impose au CSA de comptabiliser le temps de parole du Président de la République dans celui de la majorité, il semble qu’en vertu « d’une phase d’expérimentation », le discours du Président serait découpé de façon totalement subjective pour ne retenir que certaines phrases.

Non seulement le temps de parole de Nicolas Sarkozy doit être intégralement comptabilisé dans celui de la majorité, mais de plus, et surtout, le coût du meeting doit être imputé aux comptes de campagnes de l’UMP. Le détournement des moyens de l’Etat à des fins partisanes et personnelles est un scandale qui n’a que trop duré !

Nous demandons officiellement que cesse ce régime d’exception, et que le compte de campagne de la liste UMP conduite par Dominique Baudis dans le Sud-Ouest soit imputé de l’ensemble des frais engagés lors de ce meeting. Le PCF entend interroger, dès aujourd’hui, la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) à ce sujet. Chaque jour, le Président de la République s’exonère un peu plus de la loi et des règles élémentaires de la démocratie, cette situation doit cesser. »

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents