Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


l'avis de Francis Wurtz

Publié le 18 Janvier 2009, 00:00am

Catégories : #ailleurs

Gaza : ce que l’Europe devrait faire

 

Par Francis Wurtz, eurodéputé


Vous vous souvenez sans doute de la première prise de position de la présidence tchèque de l’Union européenne après le déclenchement de l’invasion terrestre de Gaza par l’armée israélienne : le porte-parole du premier ministre, M. Toplanek, avait dit « comprendre » cette opération « défensive » ! L’Union européenne n’étant tout de même pas l’Amérique de Bush, Prague s’était aussitôt fait rappeler à l’ordre par différentes capitales. Le ministre des Affaires étrangères tchèques, M. Schwartzenberg, expliqua alors laborieusement que, tout compte fait, son gouvernement n’était pas favorable à la guerre…

Le même dira pourtant, quelques jours plus tard, à l’issue d’une rencontre avec son homologue israélienne à Jérusalem : « Ce n’est pas à nous (Européens) de faire des propositions pour un cessez-le-feu ! ». Ce type d’attitude est, jour après jour, plus scandaleux et plus insupportable.

L’Europe doit appeler les choses par leur nom ! Comment caractériser des actes tels que des bombardements de populations civiles faisant un millier de morts, dont près de 300 enfants, en deux semaines – en ignorant superbement l’appel du Conseil de sécurité de l’ONU à un cessez-le-feu – et tuant ici 43 réfugiés dans une école des Nations unies, là 30 civils mis « à l’abri » dans une maison par les soldats israéliens eux-mêmes ? Comment appelle-t-on des actes qui, d’après le commissaire européen Louis Michel lui-même, laissent plus de 500 000 ( !) personnes sans accès à l’eau potable ? Et qu’en est-il de soldats qui, selon le Comité international de la Croix-Rouge, ne portent pas secours aux blessés, voire empêchent les ambulances de le faire, et qui tirent sur des convois de l’ONU, tuant un de ses représentants chargé de livrer de l’aide humanitaire ? Ou qi laissent, selon la Banque mondiale, 10 000 ( !) personnes dans une situation où elles sont menacées de voir s’effondrer les égouts et risquent de se noyer dans les eaux usées, suite aux bombardements ?

Tout cela porte un nom : ce sont des crimes de guerre, ordonnés par un gouvernement. L’Union européenne doit non seulement nommer ces crimes, mais faire comprendre à ses « partenaires privilégiés » que de tels crimes, non seulement ne peuvent avoir la moindre justification, mais appellent, en droit, les mêmes sanctions internationales, qu’ils soient perpétrés dans les Balkans ou au Proche-Orient… Dans l’immédiat, il n’est pas concevable de conserver en l’état un « accord d’association », encore moins de « rehausser » les relations avec des dirigeants aussi indignes. Un tel gouvernement doit être mis au ban de la communauté internationale.

Faut-il faire cesser les tirs sur Sdérot ou Ashkelon ? Oui, bien sûr ! Je suis convaincu que ce serait possible dès lors que le blocus serait levé ; les incursions, assassinats ciblés et bombardement stoppés ; un processus de paix digne de ce nom réenclenché. Des voix courageuses appellent à cette politique en Israël, y compris dans les villes touchées par ces tirs. Ce sont ces personnes-là que l’Union européenne devrait mettre en valeur, et non celles et ceux qui ont annexé Jérusalem, multiplié les colonies, édifié le mur, transformé Gaza en prison à ciel ouvert, torpillé les négociations avec l’Autorité palestinienne, traité par le mépris le plan de paix arabe et ignoré les demandes du « quartet » (États-Unis, UE, Russie et ONU) lui-même !

Une leçon de cette terrible expérience doit s’imposer à l’Europe : l’impunité et la complaisance avec ces dirigeants-là, c’est fini. Sinon quel sens auraient encore les références aux valeurs européennes ?

lu dans l'huma

(photo PG57)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents