Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


lu dans l'huma

Publié le 8 Janvier 2009, 00:00am

Catégories : #syndicats

L'appel du 29 janvier 2009

Déclaration commune de propositions et revendications des organisations syndicales CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA (extraits).

La crise économique amplifiée par la crise financière internationale touche durement une grande partie des salariés dans leurs emplois et leurs revenus. Alors qu’ils n’en sont en rien responsables, les salariés, demandeurs d’emploi et retraités, sont les premières victimes de cette crise.(…) Les seules lois du marché ne peuvent régler *tous les problèmes.
Face à cette situation et considérant qu’il est de leur responsabilité d’agir en commun, en particulier lors de la journée du 29 janvier, pour obtenir des mesures favorables aux salariés. (…)
Surmonter la crise implique des mesures urgentes en faveur de l’emploi, des rémunérations et des politiques publiques intégrées dans une politique de relance économique.

1 Donner la priorité au maintien des emplois dans un contexte de crise économique.
(…) Des entreprises utilisent la crise pour opérer des restructurations tout en maintenant la rémunération de leurs actionnaires. Les entreprises confrontées aux baisses d’activité utilisent des mesures de sauvegarde d’emplois comme le chômage partiel, les jours de RTT ou de congés… Toutes ces mesures doivent être négociées dans l’objectif de préserver l’emploi et les salaires. Les aides publiques doivent aussi y être conditionnées. Les entreprises doivent améliorer l’indemnisation du chômage partiel et tous les salariés doivent pouvoir en bénéficier. Ces périodes de baisse d’activité doivent être utilisées pour développer la formation professionnelle et renforcer les compétences des salariés. C’est notamment en investissant dans la formation et le travail qualifiant et en réduisant la précarité que la performance sera assurée.
Dès 2009, le gouvernement doit renoncer aux 30 000 suppressions de postes (dans la fonction publique). (…)

2 Politiques salariales : améliorer le pouvoir d’achat, réduire les inégalités.
Les exigences des actionnaires ont conduit, dans beaucoup d’entreprises, à l’accroissement des inégalités. (…) Les négociations salariales doivent assurer au moins un maintien du pouvoir d’achat et une réduction des inégalités. Les allégements de cotisations sociales doivent être conditionnés à la conclusion d’accords salariaux.

3 Orienter la relance économique vers l’emploi et le pouvoir d’achat.
Les politiques d’interventions publiques doivent viser à la fois :
une relance par la consommation en améliorant le pouvoir d’achat ; (…)
une politique de développement de logement social à la hauteur de l’urgence, un encadrement des loyers et un accès au crédit dans des conditions excluant les taux usuraires ; – une protection sociale (santé, retraite…) dans un cadre collectif et solidaire ; – des investissements ciblés, en particulier en matière d’infrastructures, d’équipements publics et de services publics (qui) doivent notamment être orientés en faveur d’une économie du développement durable ; – toute aide accordée à une entreprise doit être ciblée et faire l’objet de contreparties. Elle doit être conditionnée à des exigences sociales, en particulier en matière d’emploi. Elle doit faire l’objet d’une information et d’un avis préalable des élus représentant les salariés (…)

4 Les conditions de vie et de travail pour les salariés des secteurs privé et public passent par l’amélioration du cadre collectif. C’est pourquoi il faut : – abroger les dispositifs légaux qui ont conduit à remettre en cause la réduction du temps de travail ; – retirer la proposition de loi sur le travail du dimanche ; – respecter le dialogue social sur tous les projets et propositions de loi qui touchent à la réglementation du travail ; – face à la révision générale des politiques publiques (RGPP), mettre en œuvre des réformes porteuses de progrès social.

5 Réglementer la sphère financière internationale
Cette réglementation doit mettre un terme à la spéculation, aux paradis fiscaux, à l’opacité du système financier international et encadrer les mouvements de capitaux.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents