Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


l'europe, vue de gauche

Publié le 14 Décembre 2008, 00:12am

Catégories : #europe

Un sommet d'aveuglement

Communiqué du Parti de Gauche

Le dernier Conseil européen a été un sommet d’aveuglement et d’obstination dans l’échec. Chacun voit que le contenu et la méthode actuels de construction de l’Union européenne conduisent à un triple désastre démocratique, économique et environnemental. Pourtant les dirigeants européens continuent à foncer dans le mur.

Aucune conclusion n’est tirée de la déroute démocratique de l’Union. Au contraire, les gouvernements et la Commission ont décidé d’obliger les Irlandais à revoter. L’Union Européenne réinvente la souveraineté limitée. L’unique peuple autorisé à s’exprimer par référendum peut voter autant qu’il veut à condition qu’il finisse par donner la seule réponse acceptée par les chefs européens. C’est un naufrage politique et moral. En ignorant le résultat d'un vote démocratique établi au terme d'une campagne démocratique, les dirigeants européens sapent les fondements même de la démocratie européenne. Après les votes français et néerlandais, c’est la troisième expression démocratique souveraine qui est méprisée par les puissants d’Europe. C’est un jeu dangereux, qui ôte d’ores et déjà toute légitimité démocratique à l’Union Européenne.

Aucune conclusion n’est tirée de la crise économique dans laquelle s’enfonce l’Europe. Alors que les perspectives de l’économie européenne se dégradent de jour en jour, l’Union Européenne s’accroche aux dogmes libéraux responsables de la crise mondiale. Le soi-disant plan de relance européen n’est ni un plan de relance, puisqu’il sera 4 à 5 fois inférieur aux plans de relance américains ou chinois, ni un plan européen, puisqu’il s’agit pour l’essentiel d’une addition de plans nationaux. Ces mesurettes inadaptées n’auront aucun effet sur la crise. Les salariés européens paieront au prix fort le carcan de traités qui limitent le budget de l’Union, empêchent l’intervention de l’Etat dans l’économie et organisent le dumping social au lieu de protéger les travailleurs.

Aucune conclusion n’est tirée de la catastrophe environnementale qui s’avance. Là encore la réalité des actes contredit lamentablement les belles déclarations. Le Conseil européen a multiplié les exemptions en matière de limitation de production de CO2. Dans ces conditions, l’objectif d’une réduction de 20% des émissions à l’horizon 2020, qu'on nous présente comme une avancée alors qu'il est acté depuis mars 2007, est purement et simplement un mensonge. La preuve est faite qu’une Europe non démocratique où règne la « concurrence libre et non faussée » ne tient aucun compte de l’urgence environnementale.

Ce sommet est à l’image de la présidence Sarkozy de l’Union : rupture affichée, continuité imposée. Au-delà des effets de manche, aucun changement n’a été apporté aux politiques de l’Union. Ainsi, la France a facilité l'adoption, par le Conseil, d'une Directive sur le temps de travail qui porterait à 60 voire 65 heures le temps de travail hebdomadaire européen et fortement avancé la libéralisation des services publics de santé par la discussion de la Directive sur les soins transfrontaliers.

Une autre Europe est plus que jamais urgente et nécessaire. C’est l’affaire de tous. Seule une mobilisation civique pourra faire prévaloir l’intérêt général européen face à des dirigeants qui n’en tiennent aucun compte. Ce sera l’enjeu des élections européennes de juin 2009.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents