Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


Coup de gueule

Publié le 13 Décembre 2008, 01:23am

Catégories : #pas content et on le dit!

 Inhumains!

Le cœur serré, nous avons appris, que plusieurs de nos concitoyens, privés de logement, sont morts dans le bois de Vincennes. Et que répond au même moment le tribunal de police de Paris qui rend la justice au nom de la République ? Il condamne l’association Droit au logement à 12 000 euros d’amende pour avoir l’an passé défendu des sans-logis !


Il reproche à cette association d’avoir soutenu 374 familles sans abri en les faisant camper rue de la Banque, à Paris. Beau symbole pour rendre visible la misère qu’on veut cacher ou reléguer à la périphérie des villes ! Quel autre moyen avaient-elles de crier leur détresse, elles qui sont aussi privées de voix ? L’association les Enfants de Don Quichotte d’Augustin Legrand est également poursuivie pour des faits similaires. C’est révoltant !

Attaquer ainsi les associations qui défendent les sans-toit, jusqu’à tenter de les étouffer financièrement, revient à désarmer les 100 000 personnes aujourd’hui sans abri, les 600 000 qui habitent dans un logement qualifié « d’indigne », les 900 000 qui n’ont pas de domicile personnel et les 3,5 millions de mal-logés. Tout cela au moment où une majorité de nos concitoyens craignent de sombrer dans la grande précarité et de perdre leur logement.

Aucun homme de cœur ne peut laisser faire. D’autant que les attendus du jugement ajoutent du mépris au mépris en condamnant le DAL à partir d’un article du Code de la route, qualifiant les familles privées de logement qui avaient campé rue de la Banque « d’objets embarrassant la voie publique sans nécessité » !


Mais dans quel pays vit-on pour qualifier ainsi des êtres humains ? La garde des Sceaux, Mme Rachida Dati, pouvait, au nom de l’État, donner instruction au parquet de ne pas poursuivre la procédure. Elle ne l’a pas fait. C’est un acte politique. Quand on porte des bagues à 16 000 euros, soit l’équivalent de près de deux ans de loyer dans un F3 à La Courneuve, on oublie vite la misère du peuple. On préfère effacer la bague des photos.

Dans quelle cave du Fouquet’s M. Sarkozy a-t-il jeté son discours du 18 décembre 2006 à Charleville-Mézières dans lequel il proclamait « le droit au logement opposable » et affirmait qu’il voulait que « plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir ou d’y mourir de froid » ? Il ajoutait : « Il y a des souffrances que la politique peut guérir parce qu’elle en est la cause. » Alors, qu’attend-on ? Aux actes, monsieur le président ! Exigeons la mise en œuvre de ces belles proclamations.

Au nom de la liberté et du droit d’association, nous demandons l’arrêt immédiat des poursuites contre Droit au logement. Au nom du droit élémentaire de pouvoir vivre sous un toit, nous réclamons que tout soit fait pour empêcher qu’on meure encore sous les ponts et dans les bois. Au nom du droit fondamental à se loger, nous réclamons un vrai plan de construction de logements plus accessibles, à un prix de loyer raisonnable.

La criminalisation de l’action collective devient inquiétante. Survenant après la mise en place de différents fichiers, la surveillance des blogs d’enseignants, la tentative de mise au pas de l’audiovisuel public, l’étouffement de la presse, le charcutage électoral, la Constitution modifiée au service du prince, le refus de tenir compte des résultats du référendum sur la constitution européenne, cela fait beaucoup. Beaucoup trop au pays de Voltaire.

Face à une situation gravissime, les femmes et les hommes attachés à la République doivent se rassembler très largement. La gauche sociale et politique a la responsabilité de s’unir à leurs côtés.

par Patrick Le Hyaric

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents