Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


un sacré bonhomme

Publié le 10 Décembre 2008, 00:01am

Catégories : #un peu de ciné - de lecture - de culture

  Mercredi dernier, le prix Jean Zay, couronnant un auteur laïque et républicain, a été décerné à Stéphane Hessel, pour son livre de dialogues avec Jean-Michel Helvig, « Citoyen sans frontières » (Fayard).

L’occasion pour nous, ici, de rendre hommage à un infatigable pèlerin des Droits de l’Homme, à un humaniste pointilleux, à un européen convaincu, à un homme de gauche assumé, militant de la cause des sans-papiers, des Palestiniens, des travailleurs malgaches et africains, et de tant d'autres.

Voilà un homme de gauche qui a eu le bon goût de naître en octobre 1917, à Berlin. Ça ne s’invente pas, tout de même ! Son esprit de liberté, il ne l’a pas volé : c’est l’aventure de ses parents que Pierre-Henri Roché raconte dans « Jules et Jim », la belle histoire mise en images, et de quelle magistrale manière, par François Truffaut. Il sera de toutes les luttes du siècle : le Front populaire, bien sûr, la France libre, le tiers-mondisme, les décolonisations. Et puis, en ces temps d’anniversaire, 60 ans, ça s’arrose !, il fut un des rédacteurs de la Déclaration des Droits de l’Homme.

Arrêté à Paris en 44, rescapé des camps de Dora et de Buchenwald, évadé trois fois, cultivant la révolte comme d’autres cultivent la posture, quand ce n’est pas l’imposture, ce « citoyen sans frontières » reste, en dépit du temps qui passe, un résistant qui « voit la vie comme un beau rêve, comme une chance». On le trouve sur tous les fronts, dénonçant les politiques ultra-sécuritaires de Nicolas Sarkozy et de Brice Hortefeux (mais on l'avait largement entendu au temps de Pasqua, aussi !) sur l’immigration, qu’il qualifie de « scandaleuses et irresponsables ». En février dernier, à la République, il s’élevait contre le non respect de l’article 25 de la Déclaration des Droits de l’Homme par la France et lançait un appel à débloquer des fonds pour donner un toit aux sans-logis. À l’heure où l’héritage du Conseil National de la Résistance est remis en question sans vergogne, Stéphane Hessel signait l’appel aux jeunes générations « à faire vivre et transmettre l'héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle ».

Voilà un homme qui déclare avoir tiré « bénéfice de toute épreuve, même la plus extrême », qui résiste à tout « ce qui n’est pas bon pour l’homme », un combattant engagé, et qui se définit : « Je suis spontanément socialiste au sens que j’attribue à ce terme, c’est-à-dire la conscience de l’injustice sociale. »


brigitte blang

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents