Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


lu dans l'huma

Publié le 5 Décembre 2008, 00:00am

Catégories : #un peu de ciné - de lecture - de culture

Colibris de  banlieue

 

Alain Serres, écrivain pour la jeunesse, directeur des Éditions Rue du Monde

 

Hier, j’ai rencontré 30 enfants de Montreuil (93) ; ensemble, nous avons parlé oiseaux, liberté, aventure scientifique, poésie, écriture…

Je leur ai raconté comment notre album Martin des colibris fait revivre la fabuleuse expédition de la Coquille, partie de France en 1822 avec vingt savants à bord. Un tour du monde de trois années qui a notamment ramené plusieurs centaines de colibris inconnus. Minuscules et multicolores, comme ces enfants qui sont la vitalité de nos forêts urbaines.

Et quand l’illustratrice Judith Gueyfier  a montré ses impressionnants originaux réalisés à la manière des planches naturalistes du XIXe siècle, ils ont dit : « Oh ! On veut devenir dessinateur, ou alors savant ! » Les enfants ne sont pas que ces consommateurs de desserts sucrés qui se tortillent dans les publicités avec l’espoir d’être top-model ! Ils ont bien d’autres rêves.

Avec 30 autres jeunes, nous avons débattu faim dans le monde, réchauffement climatique, égalité filles-garçons. Nadia nous a expliqué que ce sera compliqué pour elle d’être pompier. Mathieu nous a dit que le mot partage devait être placé au sommet du grand gâteau planétaire…

Les enfants, ça ne fait pas que taper dans les mains dans des jeux télévisés en criant « ouaiiis ! », ça pose des questions importantes aussi, comme : «  Vous croyez vraiment que ça sert à quelque chose  de faire votre livre qui veut changer la planète ? »

Les enfants ne sont décidément pas nés pour rester de sages bibelots sur nos étagères. Ils tissent très tôt des liens complexes, contradictoires avec le monde.

Ils fabriquent leur point de vue et leur rapport au monde grâce à l’école, les copains, la télé, les livres, et aussi au travers des milliers de projets  culturels qui parlent à leur intelligence et à leur créativité. C’est qu’ils ont des droits culturels ! Et ils sont tout aussi importants à leur développement que l’air pur, l’eau potable et le fruit frais. Des droits que l’on néglige trop souvent. Que dire par exemple de ces coupes radicales qui viennent d’être décidées par le gouvernement  dans les subventions aux associations d’éducation populaire ? 25 %, rien de moins ! C’est autant de petits salons du livre, d’aides aux devoirs, de classes-découverte, de projets en centre de loisirs qui vont s’évaporer.

Les enfants ne sont définitivement pas des petits « nenfans ». Ils sont des partenaires de nos propres évolutions et des avancées de notre société. Encore faut-il les respecter, leur accorder notre totale confiance… Ainsi qu’à tous ceux qui, au quotidien, se mobilisent pour l’émancipation de tous ces colibris qui dans nos cités rêvent de liberté.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents