Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


l'ouest, c'est bien à gauche?

Publié le 27 Août 2008, 23:01pm

Catégories : #à gauche - toutes !

Vent d’ouest, on en reparle

Daniel Gilles, vice-président communiste de la région Bretagne, a tenu son pari : rééditer le rendez-vous de 2007 qui avait donné l’occasion aux divers courants qui composent la gauche de confronter leurs points de vue. Projections vidéo, débats avec la salle, interventions de personnalités politiques locales et nationales étaient au menu. Au centre des préoccupations : l’état de la gauche, en France et en Europe, et sa capacité à se rassembler.

À l’instar des intervenants qui lui succéderont, Marylise Lebranchu, garde des Sceaux de Lionel Jospin, dresse un inventaire sévère des renoncements successifs de son parti : « Si au PS vous revendiquez aujourd’hui une appartenance aux fondamentaux de la gauche, vous êtes immédiatement taxé d’archaïsme ! » Mais « la tentation néolibérale du PS est une erreur énorme ». La conseillère régionale propose notamment de « réinterroger le rapport de la gauche au mouvement syndical, mutualiste et associatif » et de créer une « fédération de gauche ». Solution écartée par Jean Claude Gayssot, vice-président communiste de Languedoc-Roussillon, qui revendique la pluralité à gauche et milite pour « la création d’une nouvelle force de transformation sociale » à l’image de Linkspartei allemand. S’il se refuse à confondre le PS, même dans son courant social- libéral, avec la droite, l’ancien ministre des Transports remarque que « le - système capitaliste actuel peut parfaitement s’accommoder de ce qui s’apparenterait à un bipartisme à l’anglo-saxonne ». De son côté, François Delapierre, numéro 2 de PRS (Pour une République sociale, l’association du sénateur socialiste Jean-Luc Mélenchon), propose au PS de « rompre clairement avec le modèle des sociaux-démocrates européens ». Une clarification que devrait apporter, selon lui, le congrès socialiste, en novembre prochain.

Quelques résultats électoraux sans appel viennent appuyer, dans les différentes interventions, cette volonté d’un retour à gauche. Le premier invoqué fait état de 13 défaites sur les 15 derniers scrutins européens pour les partis sociaux-démocrates. Le sociologue Michel Simon rappelle, de son côté, qu’en France le record de participation enregistré lors de la présidentielle de 2007 a profité pour 4 % à la gauche tandis que la droite devait bénéficier de 20 % des voix de ses nouveaux électeurs. Et surtout, comme l’indique François Delapierre, « la large victoire de la gauche aux dernières élections locales n’a eu aucun effet politique sur la droite ».

De quoi faire réfléchir une gauche qui, même en cas de victoire en 2012, aura passé un quart de siècle à la porte de l’Élysée.

Frédéric Durand  

(lu dans l'huma, le 25 août)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents