Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


ça se bouscule au portillon!

Publié le 8 Juin 2008, 23:01pm

Catégories : #un petit tour chez les socialistes

On vit une époque formidable! (lu chez res-publica)

 Ségolène Royal, imposée au PS par la vague médiatique orchestrée par les groupes de presse Dassault, Bouygues et Lagardère, a compris que pour gagner les présidentielles, il fallait être le leader du parti majoritaire, d’où sa volonté de devenir Premier secrétaire du PS.
 Bertrand Delanoë, qui a compris la même chose, fait de même et pour concurrencer la sociale-libérale Ségolène Royal joue au jeu « Plus social-libéral que moi tu meurs ».
 Les quinquas frais et moulus Valls et Dray, se disent chacun dans leur coin « et pourquoi pas moi car je suis bien placé pour empêcher la guerre des deux chefs, et devenir chef moi-même!. »
 Et Arnaud Montebourg, le chevalier bourguignon, dit qu’il faut un autre premier secrétaire que Ségolène ou Bertrand, mais est-ce que ce discours remplace une politique?
 Mais tout cela, c’était sans compter avec Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn, qui se disent « quitte à ce que ce soit pas les deux favoris, pourquoi pas mettre à ce poste notre lieutenant Claude Bartolone pour Fafa et Pierre Moscovici pour l’argentier néolibéral du FMI! »
 Il fallait bien que celle qui a orchestré sous le gouvernement Jospin, le désastre des 35 heures avec perte du pouvoir d’achat pour des millions de Français (vous vous rappelez le travaillez moins pour gagner moins qui a permis en 2007 le slogan inverse par la droite!), j’ai nommé Martine Aubry, la communautariste, participe à ce théâtre politique. C’est fait! Elle est dans le casting!
 Qui croit que celui ou celle qui sera premier secrétaire à l’automne laissera sa place à quelqu’un d’autre?
 Et, nous attendons, dans le dernier virage, l’irruption du social-libéral François Hollande, vous savez, celui qui pose 10 questions à tout le monde sans y répondre lui-même! Il souhaiterait aussi mettre un premier secrétaire “hollandais” pour lui préparer la trajectoire 2012!
 Leur discours, le même: tous européens, réformistes, libéraux, pour la transformation sociale, contre les injustices, pour le bien contre le mal, pour la gentillesse contre la méchanceté, etc., et qui estiment qu’il suffit de dire haro sur Sarko pour tirer le jack-pot. Que des mots sans contenu, du bla-bla pour gogos en goguettes!
 Et que fait la gauche du PS, ceux qui ont voté non au TCE et qui se sont opposés au traité de Lisbonne, son clone?
 Et, bien les fabiusiens jouent les arbitres entre les oui-ouistes sociaux-libéraux, Benoît Hamon déclare sa flamme à Martine Aubry et Emmanuelli semble en soutien à une tactique hollandaise.
 Restent Mélenchon et Trait d’union, Filoche avec son catalogue syndical, Marc Dolez et ses forces militantes, pour faire des appels désespérés à l’union de la gauche du PS.
 Une chose est maintenant sûre, il n’y aura pas de débat politique explicite d’ici le congrès de novembre au sein du PS.

 Une deuxième chose apparaît clairement, une gauche protestataire autour d’Olivier Besancenot et son nouveau parti anticapitaliste NPA, sans stratégie politique pour arriver au pouvoir, s’apprête à augmenter substantiellement son score aux prochaines élections européennes et régionales avec le soutien des grands médias qui lui ouvrent leurs colonnes et lui offrent les micros.
 Alors, le Die Linke à la française pour rassembler une gauche populaire pour le changement politique et social, ça vient ou pas? Force est de dire que c’est mal parti. Pour cela, il faudrait que certaines forces quittent le PS et s’associent aux communistes, à des syndicalistes, des anti-libéraux, etc.
 Pour l’instant, rien de tout cela est à l’horizon, sauf une pétition Politis mais sans les socialistes et les communistes ce qui restreint très sérieusement le champ des possibilités.
 Donc tout est prêt pour un système à l’italienne, avec une droite néolibérale agressive, une gauche social-libérale dont l’adversaire est d’abord à gauche, une gauche protestataire sans perspectives et nos millions d’yeux pour pleurer!

Comment sortir de cette société du spectacle?


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents