Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de brigitte blang

l'actualité politique vue par une militante du parti de gauche.


le vol de trop

Publié par Brigitte Blang sur 31 Juillet 2016, 00:00am

Catégories : #histoires et histoire

le vol de trop

31 juillet 1944. Il y a 72 ans, s’envolait de l’aéroport de Borgo un aviateur, un écrivain, un homme. Il s’envolait, un peu comme un Petit Prince, la magie en moins, bien sûr. Il s’envolait, pour ne plus revenir. C’était la guerre, et d’autres soldats, en face, qui avaient pour mission de tirer sur tout ce qui pouvait ressembler à un zinc de notre bord. Il croisa l’un d’entre eux, un certain Horst Rippert, qui vit toujours en Allemagne, lui. Mais c’était la guerre, et bien entendu, le bon côté change selon l’endroit d’où on observe l’Histoire. Ce jeune homme, ce Horst, 24 ans à peine (les « héros » sont-ils donc toujours aussi jeunes ? Et la guerre rend-elle donc adulte si vite ?) a pris goût à la chose qui vole à travers les livres. Tout particulièrement ceux d’un Français, qui en parle plutôt pas mal. Il a lu tous ces mots qui racontent, qui exaltent l’amitié virile, le goût de l’ailleurs, du plus haut, du plus loin… Ce 31 juillet, il tire sur un avion ennemi, comme il doit le faire. Ce jour-là, il abat celui qui deviendra une légende, et qui lui avait transmis sa passion, peut-être même sa vocation. Ce jour-là, il descend en vrille Saint-Exupéry. Cet homme qui disparaît ce matin de juillet 44 est un pilote, comme beaucoup d’autres. Il n’a pas vraiment la carrure d’un être hors du commun. Son palmarès aligne plutôt les ratages, les atterrissages catastrophiques, les étourderies, les distractions que les coups d’éclat ! Mais voilà, c’est aussi un homme qui sait écrire et qui, à l’occasion, se met au service de quelques grandes causes. Son œuvre raconte, le raconte. Vol de Nuit, Terre des hommes, Courrier Sud, et bien sûr, l’incontournable Petit Prince, dont il est devenu honteux de dire qu’on l’aime encore… Tant pis, j’assume. De même que j’ai encore en mémoire un téléfilm moyen-moyen, où il était interprété par Giraudeau, qu’on avait affligé d’une fausse calvitie ridicule ! Mais bon, c’était Giraudeau, alors… On ne discute même pas !

Saint-Ex, ce n’était pas un grand aviateur, ce n’était peut-être même pas un grand écrivain, ce n’était certainement pas un véritable héros, ni même un authentique résistant, mais voilà, c’était Saint-Ex, l’ami de Léon Werth et de Jean Prévôt, tout de même. Pour ces deux fidélités, il lui aura été beaucoup pardonné.

Quant à son adversaire d’un jour (d’un jour de trop…), il s’est tu pendant 60 ans. Pas bien fier de lui. Mais encore une fois, la guerre, n’est-ce pas… Après, il était devenu journaliste pour la télé allemande, une espèce de Gérard Holtz, au service du sport. Et puis, cerise sur le gâteau, une petite anecdote pour la route, ça va bien vous faire rigoler. Ce type, Horst Rippert, il avait un frère. Un frère qui faisait dans la chanson, au tournant des années 70. Un frère avec un certain succès, pas obligatoirement, déjà en ce temps-là, synonyme de talent ! et aussi un certain tour de taille, modèle Carlos. Un frère qui se faisait appeler Ivan Rebroff, puisque la mode était à la russomania et au kasatchok ! Avouez tout de même que c’est marrant, non ? En tout cas, Saint-Ex, lui, ça l’aurait fait marrer ! Et si vous avez deux heures devant vous, lisez donc cette BD de Pratt. C’est certainement ce qu’on a fait de mieux comme hommage.

brigitte blang

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents